Charleroi-Centre Pour l'asbl « Coucou les immondices » et pour la Ville, l’incivisme n’avait jamais atteint de tels sommets.

Les photos ont été prises ce week-end et sont éloquentes : dans les rues de Marchienne-Etat, des dépotoirs à ciel ouvert se sont créés un peu partout, invitant les rats à venir infester ces montagnes de détritus en tous genres. Sacs poubelles, meubles désossés, vieux matelas, déchets alimentaires : force est de constater que ces citoyens inciviques n'ont pas eu la patience d'attendre les collectes hebdomadaires ou de faire appel aux services gratuits offerts par la Ville de Charleroi. L'asbl « Coucou les Immondices », qui s'active aux côtés des organismes publics pour rendre la commune plus propre, a dénoncé cette situation sur sa page Facebook en publiant une trentaine de photos particulièrement désastreuses. « Nouvelle ouverture à Marchienne de parcs à recyclage à ciel ouvert ? Plus besoin de trier, tout est permis… », grogne l'association. « Impossible de se balader sans se sentir noyé par les déchets et dépôts sauvages! Chats, chiens, rats s’en pourlèchent les babines…

La commune se transforme peu à peu en énorme parc à recyclage à ciel ouvert. Des matelas, des fauteuils, des sacs poubelles, des ordures sans sacs sont jetés ici et là. Que fait la Ville de Charleroi ? Est-ce que Marchienne est délaissée au profit du centre Ville? Veut-on faire fuir les habitants? »


Interrogé par la DH, l'échevinat de l'Environnement affirme que l'affaire est prise en mains, mais que la situation n'a jamais été aussi catastrophique. « L'échevin Cyprien Devilers est furieux face à cet incivisme inégalé. Ce n'est plus de l'estompement de la norme, celle-ci est carrément disparue », nous explique-t-on. « Hasard du calendrier : c'est justement entre le 17 et le 25 novembre que Marchienne-au-Pont faisait l'objet de l'opération « mon quartier propre ». Lors de cette action coup de poing, on renforce le nettoyage, on passe avec les balayeuses et on distribue des courriers pour conscientiser la population. En 2016, nous avons déjà nettoyé 10 quartiers et récolté 170.000 kilos de déchets. Mais vu la situation, ici à Marchienne, il va falloir accentuer le côté répressif. Les agents constatateurs sont à pied d'oeuvre et nos équipes de la Propreté donnent actuellement un coup de collier ».

Selon l'échevinat de la Propreté, le problème rencontré à Marchienne serait plus profond que de « simples » dépôts clandestins. Il relève sans doute aussi des services sociaux, de l'accueil du citoyen et de la police.