Charleroi-Centre

La SA Saint Lambert Promotion ne baisse pas les bras

CHARLEROI Les responsables du projet Rive Gauche étaient hier à Charleroi pour présenter la nouvelle mouture du projet de centre commercial censé relancer l’activité économique de la ville basse.

Si cette nouvelle version ne connaît pas de changement extraordinaire au niveau de sa superficie (33.000 m2 de commerces) des améliorations ont été apportées en terme d’esthétique. “Il était important pour nous de nous fondre au mieux dans l’architecture de la ville. Nous avons donc opté pour un design plus sobre et épuré,” explique Raphaël Pollet, le directeur du projet.

Ralenti par plusieurs recours ayant mené en juillet 2012 à la suspension du permis d’urbanisme au Conseil d’Etat et à la suspension du permis d’environnement en décembre 2012, le projet Rive Gauche pourrait se concrétiser au printemps 2016.

“Avec la validation le 31 janvier dernier du nouveau périmètre de remembrement urbain, (prévoyant notamment la démolition et des colonnades et du plan d’expropriation), le dossier va enfin pouvoir se concrétiser. La SA Saint Lambert Promotion va déposer d’ici fin juin de nouvelles demandes de permis d’urbanisme et d’environnement. Si il n’y a pas de recours introduits par les quelques propriétaires des colonnades qui ne veulent pas trouver de solutions à l’amiable, ce dont nous doutons, le chantier pourrait être terminé au printemps 2016. Si ce n’est pas le cas, nous perdrons encore 5 mois, mais nous ne sommes plus à ça prêt !”

Une solution de relogement des commerçants présents dans les colonnades a d’ailleurs été envisagée. “Nous comprenons que les commerçants des colonnades ne puissent pas rester sans activité économique durant les travaux. Il est donc envisagé, pour ceux qui le désirent, de les reloger dans les cellules du Passage de la Bourse le temps que le chantier soit terminé. Ils pourront ensuite être intégrés dans les espaces commerciaux du centre commercial.”

Au-delà, de proposer un centre commercial, le projet Rive Gauche de développer à la ville basse des fonctions hôtelière, d’horeca et de logement.



© La Dernière Heure 2013