Charleroi-Centre

En mars, un groupe Réseau Lent avait été mis sur pied par la CLDR (élus, citoyens et agents de police) dans le but de réhabiliter plusieurs sentiers de l’entité. "Ils ont effectué un inventaire complet des sentiers intervillages, en se concentrant sur ceux qui peuvent servir d’alternative aux axes routiers principaux", explique Émilie Hilt du Cadre de Vie. "Mais pour 13 d’entre eux, soit il n’y a pas de nom, soit il a été oublié." C’est alors que l’idée de demander aux citoyens leurs idées pour donner de nouveaux noms à ces petits chemins des centres de village est née. La démarche a eu du succès, puisque plus de soixante propositions ont été faites par les riverains.

Hier soir , les noms sélectionnés par le collège - bourgmestre et échevin(e) s - ont été présentés aux Pont-à-Cellois, après un processus de sélection impliquant le groupe de travail Réseau Lent, le collège puis enfin le conseil communal, qui a acté les dénominations le 12 juin dernier. "Ce sont des noms en lien avec l’histoire locale, l’identité des lieux ou la vie du quartier qui ont été retenus." Et il y aura des panneaux qui seront posés pour être sûr que cette fois, ces chemins ne sombrent plus dans l’oubli.

À Liberchies, Monsieur Roland vient relier les rues du Savoir et Burlet, en hommage à un vieil homme très aimé dans le quartier, décédé l’année passée, et qui avait quasiment le statut de mascotte des environs. Pour Viesville et Obaix-Buzet, une seule entrée aussi : le sentier des Émailleries pour le premier, en référence à l’atelier disparu, entre la rue Deversenne et la rue Ste-Famille, les Navetteurs pour le second, qui sert notamment à rejoindre la gare.

Quatre nouveaux noms sont attribués à Luttre, avec les Grands Escaliers pour rejoindre Jean Poty depuis Félicien Molle; le sentier des Voisins, sur la même lancée, direction rue d’Obaix; la Rampe, en référence au ruisseau du même nom vient désormais faire le lien entre les deux places, des Martyrs et de Luttre; enfin, entre la rue du Commerce et le canal, le Petit Rouge vient honorer l’ancien magasin de chaussures du coin.

À Pont-à-Celles enfin, l’Âne Cadichon, hommage au résident de la pâture voisine, fera la liaison entre la rue des Écoles et de la Colline, et Les Oies, entre Trazegnies et l’Yser. La place du Marais et la rue Notre-Dame des Grâces seront jointes par la Fontaine, en référence à l’ancien jet d’eau qui s’y trouvait, aujourd’hui recouvert. Le wallon aura sa place dans les plans de l’entité, puisque 2 sentiers s’en inspireront : Lès Gâyîs (noyers) du côté du 17 mai et de Trazegnies, et Tchicoteu (chipoteur) pour lier le sentier 49 à la rue de la Plaine, en hommage à Roger, surnommé de la sorte jusqu’à son décès. Enfin, Jean Le Menteur, en référence au surnom donné au marchand de charbon qui était présent dans le quartier avant la construction des logements sociaux, entre la rue de la Plaine et la rue des Champs.