Charleroi-Centre

Nouvelle frustrante pour les citoyens d'Aiseau-Presles et les militants opposés à la venue d'une nouvelle entreprise polluante au coeur de leur village : Carolo Recycling a reçu le permis de la région wallonne lui autorisant l'installation sur le site de l'ancienne décaperie.

Les riverains de Pont-de-Loup (Aiseau-Presles) mais aussi ceux de Châtelet et Farciennes attendaient le 6 décembre avec impatience. C'est, en effet, aujourd'hui que la région wallonne se prononçait quant à l'octroi du permis unique de la société Carolo Recycling, sur le site de l'ancienne décaperie, à cheval sur les territoires d'Aiseau-Presles et Châtelet.

« La région wallonne a décidé d'octroyer le permis », déplore le bourgmestre aiseau-preslois Jean Fersini (PS). « Le nouveau dossier va maintenant être analysé. Le point sera passé au conseil communal du 18 décembre prochain. Dans tous les cas, il y a la possibilité d'introduire un recours avant le 22 décembre. »

Quand on sait que le petit village de Pont-de-Loup est encerclé d'usines, ce nouvel octroi de la région wallonne – malgré l'avis négatif (mais uniquement consultatif) rendu par les deux communes concernées – ne plaît pas à Fersini. « J'y vois une incohérence totale. La région wallonne dit vouloir s'attaquer au diesel polluant, pour le bien-être des citoyens. Or, chez nous aussi, il y a des habitants qui sont concernés par la pollution et les particules fines. Ces entreprises nous polluent ! »

Pour ne rien arranger, la région wallonne a accordé hier un permis unique à l'entreprise Orbix (ex-Recoval), entre Farciennes et Roselies. « Encore une fois, nous irons en recours contre cette décision. »

De leur côté, les riverains opposés à la venue de Carolo Recycling restent mobilisés. « C'est honteux. Nous vivons dans un immense dépotoir mais notre combat n'est pas terminé. »