Charleroi-Centre

Philippe Tison, bourgmestre d’Anderlues, a annoncé lors d'un conseil communal qu’il n’était pas assez payé.

"Je pense que ce qui a été dit au dernier conseil communal a été mal compris" , s'explique le bourgmestre. "En ce qui concerne mon bureau d'assurances, je suis gérant sans rémunération, et je ne m'en occupe que durant les vacances de ma fille qui est gérante effective."

Ce qu'il explique, c'est qu'il avait voulu dire que s'il avait développé son bureau d'assurances au lieu de s'engager en politique, il gagnerait comme courtier 3 à 4 fois plus. Ce n'est pas ce qu'il a dit lors du conseil, ni ce qu'ont entendu les membres de l'opposition consultés, mais ça rejoint en tous cas ce qu'il déclare sur Cumuléo.

"Comme Bourgmestre, mon revenu net mensuel est de 1.898 € après toutes les retenues et cotisations, contrairement à ce qui est écrit, on ne me rembourse pas mes frais de déplacements, ni mes frais de télécommunication et je ne bénéficie pas des assurances dégâts matériels... Mon revenu mensuel net total de bourgmestre est de 1.898 €. Comme Vice-Président d'IGRETEC, mon revenu mensuel net est de 963,80 € après précompte et cotisations. Comme Administrateur de l'ISSH, je reçois un jeton de présence de 125 € bruts par réunion et il y a plus ou moins 10 réunions par an. Cela fait 65 € nets par mois. Enfin, comme Administrateur de l'IDEA, je reçois un jeton de présence 150 € bruts par réunion et il y a plus ou moins 10 réunions par an.....en net mensuel, cela fait 75 €."

Il estime son revenu mensuel net, aujourd'hui, à 3.001 € pour les mandats politiques. On est donc à 3.600€ nets si on ne retire pas la rémunération que reprend le Parti Socialiste (et non 3.700€ comme indiqué). À cela s'ajoute tout de même un pécule de vacance (qu'il ne touchait pas jusqu'à présent et ne touchera pas cette année, puisqu'il était employé au cabinet du ministre, et avait donc déjà un pécule via ce contrat-là.)

Quant à sa rémunération totale, elle n'est donc pas de 10 à 18.000€ (comme indiqué précédemment), puisqu'il ne touche de son bureau d'assurance qu'un avantage en nature, a-t-il expliqué : un GSM et un numéro de téléphone mobile.

Le brut est donc plutôt aux environs de 85.000€ annuels, et non 90.000€ comme annoncé.