Charleroi-Centre Le début des travaux du pont du déversoir à Landelies ne passe pas inaperçu auprès des commerçants du site de l’abbaye d’Aulne. 

En effet, depuis que l’accès à la rue du Déversoir, qui reliait Montigny-le-Tilleul à Landelies, n’est plus accessible, les commerces ont vu une nette diminution de leurs chiffres. "Il y a une forte baisse d’affluence sur tout le site", constate Philippe, gérant de la Brasserie de l’Abbaye d’Aulne.

Par rapport à l’année dernière, la fréquentation est moindre. "La première quinzaine d’avril promettait une belle saison. Ensuite les travaux ont débuté et les tables sont moins remplies", se plaint-il. "Lors d’une journée ensoleillée comme hier, il devrait y avoir quatre fois plus de monde." Une différence qui a son importance pour le tourisme de la ville. Moins de passage, moins de promeneurs, moins de chiffres. "Dommage d’avoir commencé les travaux au début de l’été. Espérons qu’avec le temps, ça va s’améliorer", espère un autre commerçant un peu plus loin.

Une mauvaise signalisation serait également en cause de cette perte. "Les gens pensent que ce n’est plus accessible ou font demi-tour après avoir tourné dans la région trop longtemps." Le site de l’abbaye d’Aulne est accessible par divers chemins, avec parfois un court détour. Mais les déviations n’étant que peu visibles, elles ne permettent pas au public de trouver facilement son chemin. "Pourtant en venant de Charleroi, il suffit d’aller par Gozée qui n’est qu’un détour de 3 km."

Pour les clients qui viennent simplement boire un verre ou qui n’ont pas énormément de temps devant eux, le détour devient long, en particulier lorsque l’on ne connaît pas les bonnes directions à suivre.


La signalisation sera revue


Quelles solutions reste-t-il à la Ville de Montigny-le-Tilleul pour permettre aux commerçants du site de l’Abbaye d’Aulne de récupérer leurs clients ?

Les travaux du pont du déversoir sont nécessaires et le besoin de les réaliser en cette période également, nous répond-on. "Si on devait les faire en hiver on risque d’être bloqué pendant des mois à cause du mauvais temps", explique Nathalie Gherardini (MR), 1re échevine de Montigny-le-Tilleul et responsable des travaux publics. La Ville a préféré jouer la sécurité, en profitant du bon temps, afin de ne pas bloquer les riverains trop longtemps.

D’après les commerçants , plusieurs solutions ont été proposées. Des solutions a priori envisagées mais trop compliquées à mettre en œuvre. "L’idée d’un pont mobile a été avancée, cependant l’armée ne possédait pas les matériaux et le SPW n’était pas d’accord car c’était trop dangereux. De plus, ça coûtait bien plus cher que les travaux en eux-mêmes", ajoute l’échevine. On a aussi envisagé la mise en place d’un bateau qui ferait la navette : une idée trop compliquée pour des travaux de 3 mois. La ville se résout donc à changer les panneaux de déviation afin qu’ils soient plus clairs. "C’est la seule solution : améliorer la signalisation."

Une rencontre entre le bourgmestre de Thuin et la 1er échevine de Montigny-le-Tilleul s’est tenue hier afin de réfléchir sur l’amélioration de la signalisation et permettre aux commerçants d’être, justement, plus facilement accessibles.