Charleroi-Centre Le Binchois violait sa belle-fille et forçait sa fille à regarder.

Fabian M. n’était pas présent, ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi.

Il répondait pourtant de faits particulièrement graves, à savoir des viols sur une mineure, des attentats à la pudeur, de la détention d’images pédopornographiques et de la consommation de stupéfiants. Rien que ça !

Il faut dire que ce Binchois avait un concept particulièrement glauque de l’éducation. Non content d’abuser sexuellement de sa belle-fille de 14 ans, il obligeait sa propre fille à partager le lit à trois et à regarder. Des conversations Facebook, qui ont étrangement disparu au moment où l’affaire a éclaté, ont pu être récupérées et démontrent à suffisance les rapports particulièrement sordides qu’il entretenait avec les deux jeunes filles.

Il partageait des images pédopornographiques avec son fils

Visiblement déviant sur le plan sexuel, Fabian M. détenait également des images pédopornographiques sur son ordinateur. Et il ne se privait pas de les partager avec son fils mineur !

Pour ces faits de mœurs, le substitut David Dufrasnes a requis une peine de 5 ans de prison par défaut en pointant la gravité des faits et leur banalisation, le prévenu trouvant apparemment normal de se comporter de la sorte avec des mineurs.

De la cocaïne en libre accès

Mais une seconde volée de préventions était également reprochée à Fabian M. : "Il avait pour habitude d’organiser des petites fêtes et d’étaler la cocaïne sur la table, permettant à tout le monde d’en consommer, y compris ses enfants mineurs, a précisé le ministère public. Pour ces faits, je requiers une année de prison supplémentaire."

L’intéressé n’étant pas présent pour se défendre, il y a lieu de croire qu’il sera sévèrement condamné et qu’il reviendra ultérieurement devant le tribunal entre deux policiers.