Charleroi-Centre Johan de Vos en quête de beauté dans une ville considérée à tort comme laide.

C’est à Charleroi que Johan de Vos a choisi de traquer la beauté. Critique d’art et auteur de huit livres, ce Flamand connu (bekende Vlaming) retraité, qui a longtemps enseigné la photo à l’école supérieure des arts de Saint-Luc à Bruxelles, a travaillé pour le quotidien néerlandais De Volkskrant. Celui précisément qui avait décerné en 2008 à Charleroi le titre de plus laide ville du monde. Ironie ? "Intuition ", répond-il. Sous ses dehors parfois repoussants, Charleroi cache des perles. "J’aurais pu choisir Bruges - ma ville natale -, Gand, Amsterdam ou même Paris, mais c’est ici que je voulais faire ce travail."

Le bouquin aura la forme d’une succession de rencontres, pour composer une mosaïque de représentations de la beauté. Pas de traité de philosophie, juste des dizaines de petites interviews et de mini-portraits des contributeurs. Artistes, historiens, architectes, décideurs, mais aussi simples citoyens ont accepté de se prêter à l’exercice, dans le langage simple et spontané de la passion. Un exercice qui se prolongera encore quelques mois.

Johan de Vos se donne jusqu’à deux ans pour collecter la matière. Parmi ceux qu’il a déjà rencontrés, l’un lui a raconté que ce qu’il trouvait de plus beau, c’était de faire de la musique en famille; une autre lui a parlé de ses quarante ans de carrière à Caterpillar, une troisième de Berlin où elle pouvait s’adonner frénétiquement à son activité de loisir favorite : la danse. La beauté est donc un concept à interprétation variable.

L’auteur va poursuivre ses visites au rythme d’une à deux par semaine. Il est en quête de nouveaux témoignages, pour inscrire son propos dans la diversité. Sur fond de mutation urbanistique, Charleroi dévoilera ses atouts. Subjective, la beauté ? Certainement, même si comme le BV le souligne lui-même, elle habite surtout le cœur des gens, spécialement à Charleroi. "En circulant (NdlR : à pied, en métro ou en bus) , j’y ai rencontré de magnifiques personnes."

En 2017, Johan de Vos avait publié un bouquin sur Sint-Niklaas où il vit. En y consacrant un chapitre au scandale des morts liés à l’amiante".


Correction 14/01/2018: correction de l'expression "bekende vlaams" en "bekende Vlaming"