Charleroi-Centre Écrivez vos idées noires, vos petites ou grandes peines, vos chagrins… L’Eden, le centre culturel régional, s’occupera de vous en décharger entre l’épiphanie (c’était le 6 janvier) et le Mardi Gras (ce sera le 13 février, date du carnaval).


Tous ces bouts de papiers anonymes, chiffonnés, gribouillés, seront amassés au cœur du grand corbeau qui sera brûlé au terme du carnaval. "L’animal noir concrétisant tout ce que la Ville et ses habitants ont pu vivre au cours des années passées", note-t-on à l’Eden. "Quand il sera brûlé, il consumera avec lui toutes les mauvaises pensées afin que le printemps apporte renouveau, réconciliation et projets d’avenir !"

Ce n’est là qu’un pan du travail de titan abattu depuis de longs mois par le centre culturel et ses partenaires pour la préparation du carnaval et de la "Grande Parade". Avec l’espace citoyen du CPAS, les Maisons des jeunes, les académies, les écoles de danse et de cirque, les associations locales, mais aussi des "mamies couturières, pépés bricoleurs, jeunes danseurs hip-hop, musiciens, comités de quartier, et des habitants de Charleroi."

De fait, un peu plus de 400 personnes de tous horizons participeront à cette Grande Parade, troisième édition, avec une attention particulière pour les personnes porteuses de handicap. "On veut dynamiser une fête populaire, et ça ne peut pas se faire sans les citoyens. Dans le contexte socio-économique que nous connaissons, la Grande Parade relève aussi le défi de la récup’ et de l’upcycling, privilégiant une Parade écologiquement responsable, sans moteur ni musique enregistrée… autant de contraintes propices à l’innovation et la créativité."

Autre précision, et autre clin d’œil : lors de la Grande Parade, l’Eden va distribuer aux badauds une "monnaie de singe", à l’effigie de l’ineffable Chita. Ce singe mécanique emblématique avait été sauvé et adopté par le centre commercial lorsque sa propriétaire originelle avait décidé de clore boutique, rue de la Montagne. "Au-delà du clin d’œil cynique, c’est également l’occasion pour le Centre culturel de réaffirmer la place de ce petit automate sympathique qui a pris tant de place dans les cœurs des habitants de Charleroi."