Charleroi Une délibération est à l’ordre du jour du conseil communal de Courcelles.

Nouvelle embûche sur la route électorale de l’ancien président de la fédé PS de Charleroi Eric Massin, qui avait insulté publiquement la bourgmestre de Courcelles dans son discours de 1er mai : ce jeudi, le conseil communal de Courcelles sera appelé à se prononcer sur une constitution de partie civile dans le dossier qui a donné lieu à une plainte de Caroline Taquin (MR).

Un moyen pour la majorité MR-CDH-Ecolo d’affaiblir un peu plus le candidat PS tête de liste à la province pour le canton de Charleroi ? Officiellement, des membres de la majorité expliquent que la commune a subi un réel préjudice pour lequel elle doit demander réparation. Comme l’a fait la bourgmestre à titre personnel. Cette dernière ne participera évidemment pas au vote et quittera la salle du conseil.

Qu’un incident se substitue à la délibération ne changera pas grand-chose au cours des événements. Car le timing est particulièrement mal choisi pour Eric Massin : c’est le lendemain, vendredi 1er juin, que se tient le congrès du PS pour l’approbation des projets des listes communale et provinciale.

Là où il aurait pu espérer un score stalinien, il devra composer avec la désolidarisation d’un grand nombre de militants. Au-delà de ceux qui n’ont pas digéré son attitude, ce sera aussi les "camarades" avec lesquels le mandataire a eu des accrocs politiques.

À défaut de ne pas être apprécié, Massin est craint, ce qui est différent. On doute qu’un militant ait le courage de monter sur scène pour l’attaquer en public. Par contre, ses opposants ne lèveront pas le petit doigt pour l’aider.