Charleroi Avec Jean-Pierre Deprez (MR), la nouvelle majorité met la barre haute.


Le soir des élections du 14 octobre, le PS Jean Fersini perdait 3 sièges mais restait malgré tout le premier parti d’Aiseau-Presles. Pour rempiler en tant que bourgmestre, il fallait trouver la bonne alliance. C’est le nouvel arrivé MR Jean-Pierre Deprez qui a fait pencher la balance et ainsi offrir une (courte) majorité au PS.

Pour quelles raisons faire une majorité avec le MR ?

"Depuis 6 ans je ne vois que le MR qui est constructif dans l’opposition. J’ai du respect pour le travail de Jean-Pierre Marique et son envie d’aller de l’avant. Même s’il n’était pas sur les listes, je pense que le MR partage la même envie d’aller de l’avant."

Avez-vous discuté d’une possible majorité avec les autres partis ?

"Je n’ai discuté qu’avec le MR. Lui seul me paraissait le plus sensé pour poursuivre le projet que nous avions déjà entamé les années passées. Je suis confiant en notre alliance et le souffle neuf apporté par Jean-Pierre Deprez est clairement appréciable. Même si au départ il a déjà éprouvé des difficultés à former sa liste pour les élections, il démontre son envie d’apprendre et de s’investir pleinement dans sa nouvelle commune."

Comment s’est déroulée la distribution des compétences ?

"Nous avons discuté pour trouver la meilleure solution tout en étant le plus complémentaires possible. Jean-Pierre Deprez n’a pas eu peur de relever un nouveau défi et s’occuper des travaux et de la mobilité."

Pensez-vous pouvoir mener des débats sereinement avec une aussi courte majorité ?

"Il ne faudra pas jouer au procédurier, les gens ne prévoient pas d’être malades et doivent parfois répondre à des impératifs familiaux. Nous mènerons des conseils communaux constructifs si chacun y met du sien. Je suis motivé par cette alliance dans laquelle personne n’aura de couleur mais juste une envie de faire pour le mieux pour tous les villages qui forment l’entité. Je préfère que nous ne soyons que deux à devoir nous mettre d’accord. Si nous avions intégré une autre formation politique, cela aurait été nécessité encore plus d’arrangements. Je ne doute pas de notre force, sur papier nous sommes très forts."

Quant à la perte de vitesse du Parti socialiste à Aiseau-Presles, Jean Fersini ne s’éternise pas sur les absences remarquées de Graziella Trotta et d’Özlem Özen des listes communales.

Même si elle n’a pas été élue, c’est la jeune libérale Florence Cauchie employée au CHR d’Auvelais aux ressources humaines qui devient présidente du CPAS, succédant ainsi au socialiste Vincent Valentin.

Jean Fersini, avec une nouvelle écharpe mayorale, aura comme attributions : le suivi du plan stratégique Transversal, la Communication, l’Informatique, les Mouvements patriotiques, les Commémorations, les Relations internationales, les Cimetières, le Logement et la Médiation de quartiers.