Charleroi Un avis à la population vient d’être adressé aux riverains.

Rien n’est plus dangereux qu’une idée quand on n’en a qu’une seule. Partant de cette réflexion,et du fait que la colère des riverains pourrait coûter cher aux prochaines élections communales, le bourgmestre Paul Magnette en charge de la Mobilité vient de revoir sa position dans le dossier explosif du réaménagement de l’avenue Paul Pastur à Mont-sur-Marchienne, et de la mise à sens unique d’un tronçon de 800 mètres dans le bas, entre l’avenue Rousseau et la rue du Beau Site.

Dans un avis à la population signé par le directeur général faisant fonction Christophe Ernotte, la Ville s’engage à faire étudier le scénario d’un maintien à double sens de la circulation. En vue de "garantir tant un accès aisé aux commerces et professions indépendantes ainsi que la qualité de vie des habitants". C’est ce qui s’appelle une volte-face.

Jusque-là, Charleroi, associée à la réflexion sur le projet de bus à haut niveau de service (BHNS), n’avait en effet formulé aucune demande en ce sens : la pression populaire vient de la contraindre à le faire. Au collège, le dossier a laissé des traces. Et notamment amené les échevins MR Cyprien Devilers et Ornella Cencig à réclamer des études complémentaires.

La Ville informe également les riverains qu’elle a demandé à la SRWT, aux commandes de ce dossier, d’organiser une réunion d’information préalable pour leur permettre de prendre connaissance de l’ensemble des pièces et cartes liées à ce projet. Cela viendra avant l’ouverture de l’enquête publique, et permettra aux citoyens de préparer leurs remarques et contre-propositions. C’est en fonction de ces remarques que le futur collège communal remettra son avis. Voilà qui clarifie les choses.