Charleroi

Jonathan (30 ans) et Damien (22) sont beaux-frères et à vrai dire, l’entente n’est plus vraiment cordiale entre eux. L’origine de leur discorde n’a rien de familiale mais relève plutôt du commercial, à savoir un trafic de drogue pour lequel ils étaient poursuivis devant le tribunal correctionnel de Charleroi.

Jonathan se voyait ainsi reprocher la vente d’héroïne, en état de récidive. Le jeune homme a reconnu avoir détenu la drogue, mais uniquement pour rendre service, gratuitement. À qui ? Ça, il n’a pas voulu le préciser, par peur de représailles.

Damien, lui, réfute avoir vendu de l’héroïne. Juste du cannabis, et bien avant la période retenue par le parquet. Le magistrat, lui, a estimé les faits établis : la drogue dissimulée par Jonathan était bien prête à l’usage, conditionnée, ce qui confirme qu’elle allait être vendue, et la téléphonie confirme qu’il y a bien eu des contacts entre les deux beaux-frères. Il a réclamé 20 mois de prison pour Jonathan, et un an de prison pour Damien, mais avec confiscation de la voiture utilisée.

Me Bruno, pour Jonathan, a plaidé que rien ne prouvait ces ventes. S’il y a eu dépôt chez Jonathan, rien n’indique non plus qu’il en a retiré un quelconque avantage.

Me Jocelyne Hordies, pour Damien, a évoqué le fait d’une petit trafiquant, qui a seulement vendu pour vivre et consommer, et uniquement du cannabis. "On sait que le cannabis a une fâcheuse influence sur le QI. Et quand il est déjà bas…", a ajouté le juge Moulard, qui a finalement condamné Jonathan à un an de prison avec sursis et octroyé une suspension probatoire à son beau-frère.