Charleroi Un ouvrage récent regrette le traitement historique et politique réservé à la tragédie.


Il est 8 h 30 ce 8 août 1956. Dans de premières volutes de fumées noires et denses qui sortent du puits d’extraction, six ouvriers remontent à la surface du site du Bois du Cazier. Avec eux, surgit au grand jour la "catastrophe de Marcinelle" provoquée 20 minutes plus tôt par un incendie déclenché à près de mille mètres sous terre. Mais doit-on vraiment parler d’une "catastrophe" ?

Publié cette année, un ouvrage collectif et engagé interroge ce terme trop "commode" accolé aux événements du 8 août. Non pas pour dédramatiser (...)