Charleroi


Dans la Botte du Hainaut, 4 bourgmestre ont décidé de laisser leur place aux jeunes.


Willy Decuire : "Il faut savoir passer la main"

Il ne rempilera pas pour un autre mandat de bourgmestre à Froidchapelle.

Willy Decuir (MR), le bourgmestre de Froidchapelle, a aujourd’hui 68 ans, pour lui il est temps de se consacrer à autre chose. Il ne se représente donc pas dans sa fonction de bourgmestre et laisse les plus jeunes mener la barque.

En 2000, Willy Decuir se présente pour la première fois aux élections communales, il fait le deuxième score et devient premier échevin. Deux ans plus tard, le bourgmestre de Froidchapelle tombe malade, c’est Willy qui doit le remplacer. C’est ainsi qu’il est monté à la tête de la commune. Il a alors arrêté son emploi à la banque pour se consacrer entièrement à sa nouvelle fonction.

Quinze ans plus tard, il estime qu’il faut pouvoir laisser la main aux autres. "Dans six ans, je n’aurai plus la vivacité d’aujourd’hui. Je veux rester dans le jeu. Mon objectif c’est être présent dans les années à venir et aider au changement en gardant un petit rôle. Mais je préfère partir maintenant que trop tard. Il faut savoir passer la main. Et puis, j’ai envie de faire autre chose. En étant bourgmestre, ma vie est dirigée suivant la commune, si je veux avoir encore un peu de temps libre, il faut que je le fasse maintenant."

Pour la suite, deux candidats sont susceptibles de lui succéder : Alain Vandromme et Jean-Pol Bouillot. Si Alain souhaitait mener la liste EC, les deux candidats sont tous les deux aptes et motivés à reprendre le flambeau. Willy Decuir n’acceptera donc pas d’être bourgmestre même s’il a le plus de voix. Cependant, il souhaiterait garder un pied dedans et aider s’il le peut. Son envie serait d’avoir une fonction dans le PCDR, cela lui permettrait d’allier ce qu’il aime : l’organisation, mener des projets, le contact avec les gens. Voyager, le jardinage et ses petits-enfants sont les choses auxquelles il souhaite se consacrer à présent.


Françoise Fassiaux-Looten passe le flambeau aux jeunes

La bourgmestre de Chimay a décidé de laisser sa place à Tanguy Dardenne

Après un mandat dans les fonctions de bourgmestre, Françoise Fassiaux-Looten, du groupe Bouge, a décidé de laisser sa place aux jeunes elle aussi. "J’ai commencé la politique en 1989, ça fait trente ans de vie communale, c’est déjà pas mal. À 72 ans, j’estime qu’il faut se tourner vers l’avenir, passer la main aux jeunes" , explique-t-elle.

Il y a six ans, lorsqu’elle est élue bourgmestre, l’avenir était déjà en partie tracer. La suite, c’était pour Tanguy Dardenne, le premier échevin qui aujourd’hui se retrouve premier de liste. "Tanguy, c’est celui que je connais le mieux, c’est le premier échevin, nous sommes en contact tous les jours. C’est un peu comme mon fils, on a beaucoup progressé ensemble. Il a des visions différentes des miennes, c’est ce qui formait notre équipe." Le passage de flambeau s’est donc réalisé naturellement dans l’équipe. Ces six années ont préparé le groupe, Tanguy et Françoise pour cette suite logique.

L’avenir , Françoise Fassiaux-Looten n’en a pas peur. Elle souhaite en effet se consacrer à la recherche sur l’histoire de Chimay. Ses hobbies mais surtout sa famille sont importants. "J’aurai bientôt sept petits-enfants, j’ai de quoi m’occuper. C’est maintenant que je dois passer du temps avec eux."

Et la politique alors ? Son choix est clair : "Je ne serai ni bourgmestre ni échevine." Mais l’idée de rester conseillère communale lui plairait. "Je suis fière d’avoir été la première femme bourgmestre à Chimay, je suis fière de mon parcours politique, sans volonté de nuire et toujours optimiste."


Deux autres bourgmestres qui ne rempileront pas

Les bourgmestres de Beaumont et de Momignies s’arrêtent là aussi.

Dans la Botte du Hainaut, Willy Decuir et François Fassiaux-Looten ne sont pas les seuls à vouloir arrêter la fonction de bourgmestre.

À Momignies, Albert Depret (PS) est à la tête de la commune depuis trente ans. À 76 ans, il pousse la liste pour les élections communales d’octobre. Il a choisi de ne pas être tête de liste, désirant laisser sa place. Enfin… presque. Contrairement à ses compatriotes, s’il est élu bourgmestre, Albert Depret acceptera ce rôle. On n’est pas si sûr de voir un nouveau bourgmestre dans la commune. Momignies est tout de même la quatrième commune la plus pauvre de Wallonie, un coup de jeune ferait peut-être du bien à l’entité. Nouveaux projets, nouveaux habitants, Momignies a besoin de changement.

À Beaumont, Charles Dupuis ne souhaite pas se représenter comme bourgmestre. Bourgmestre depuis 36 ans, il est le troisième plus ancien. Il est pour lui temps d’arrêter cette fonction. Mais son fils souhaite entrer sur les listes pour lui succéder. Il est dernier sur la liste ICI et compte bien se faire une place en politique.