Charleroi

Ca a été signé ce vendredi en matinée devant notaires : le site de Caterpillar Gosselies est désormais sous giron public.

Cette signature fait de la Soresic (Société de reconversion des sites industriels de Charleroi, créée par Igretec et la Sogepa) la propriétaire du site : 93 ha, trois bâtiments industriels d’une superficie de 25 ha, deux bâtiments administratifs, 20 quais de chargement et un parking d’une capacité de 2.850 véhicules.

C’est l’officialisation de l’accord trouvé entre le gouvernement wallon (avec Paul Magnette à sa tête à ce moment-là) et la multinationale américaine Caterpillar, pour la reprise du site de Gosselies pour un euro symbolique. Cet accord avait été conclu six mois après l’annonce de la fermeture de l’usine, qui avait laissé 2.000 travailleurs sur la touche, et de nombreux sous-traitants.

Et pour la suite ? “Nous sommes toujours dans l’objectif du plan A, c’est-à-dire trouver un repreneur unique pour le site, avec une activité industrielle, puisque les bâtiments sont prêts à l’emploi”, confirme Nathalie Czerniatynski, directrice du développement économique à Igretec. Le plan B, à savoir le morcellement du site, reste toujours une seconde option.