Charleroi La bourgmestre MR de Courcelles est toujours secouée par l'insulte du président de la Fédération PS de Charleroi, Eric Massin, qui l'a traitée de "salope" en plein discours du 1er mai avant de tenter de se rattraper.


Caroline Taquin nous a confié que les excuses qu'Eric Massin a tenté de lui faire ne suffisaient pas. "Surtout qu'il cherche des circonstances atténuantes, en disant que les conseils de Courcelles ne sont pas démocratiques. En mon nom et au nom de toutes les femmes, accepter ses excuses, ce serait trop facile. Eric Massin sait ce qu'il a à faire."

Pour Caroline Taquin, la démission est la seule option à suivre: "il faut qu'il fasse un pas de côté, il ternit ce que représentent les hommes et les femmes politiques, et par cette insulte violente, il met aussi à terre le travail de militants et de mandataires de l'ensemble des partis. Quand on est une personnalité publique, et même politique ici, on doit savoir tenir face à des propos cinglants... mais jamais on ne m'avait insulté avec autant de violence."

Un dérapage? "Absolument pas, pour moi ce n'est pas un dérapage. Quand on est dans une position comme la sienne et qu'on fait un discours préparé, on ne dit pas ce genre de choses." Et les excuses? "Il a essayé de m'appeler plusieurs fois, je n'ai pas décroché. Si j'accepte ses excuses, ça banalise un fait grave. Aujourd'hui c'est moi, mais si on laisse passer un coup comme celui-là, la prochaine fois ça sera quelqu'un d'autre, et il suffira de s'excuser aussi. C'est trop facile."

Le président de la fédération MR du Hainaut, Denis Ducarme, a également demandé la démission d'Eric Massin. Sur les réseaux sociaux, l'indignation monte de plus en plus, ainsi que les messages de soutien envers Caroline Taquin.