Charleroi

Le centre culturel est résolument tourné vers le public et cherche à éveiller les esprits.


Situé à la Grand’Place 59 en plein cœur de Farciennes, le Centre Culturel de Farciennes est un des principaux acteurs du renouveau de la ville insufflé par le bourgmestre Hugues Bayet et son équipe. La ville a conscience que ce renouveau passe également par l’éveil culturel des citoyens.

Patricia Giarceri en est la directrice depuis maintenant 2 ans. Même si les moyens du centre culturel ne sont pas énormes, elle et ses collaborateurs Louise et David n’hésitent pas à mettre la main à la pâte pour redorer le blason d’une des villes les plus pauvres de Wallonie. Elle arrive à placer cette image au rang des stéréotypes dus à une forte industrialisation ainsi qu’une importante immigration.

Aujourd’hui, ces points jadis négatifs sont une force pour l’équipe locale. Les jeunes générations ignorent souvent que c’est à Farciennes qu’était le dernier charbonnage de Belgique au Roton.

L’institution est résolument tournée vers l’extérieur. Le centre culturel multiplie les collaborations avec d’autres partenaires actifs du monde associatif et culturel comme Visa Jeunes de Châtelet et le Centre d’Action Laïque notamment. Le centre fait aussi partie d’un collectif de la Basse Sambre avec Fleurus, Aiseau, Sambreville et Fosses.

Même si leur action est guidée par un décret, Patricia et son équipe sont profondément impliqués dans la vie de farciennois. Elle propose des activités gratuites dans l’ensemble où chacun peu trouver sa place et se trouver sa propre identité. Elle ne cache pas le rôle social qu’elle assume volontiers mais n’interfère pas avec la mission d’autres espaces d’accueil comme les maisons de jeunes.

Avec un programme tourné vers les autres, Patricia parvient à attirer un large public.