Charleroi La traversée de la zone industrielle en sortie de ville vaut le détour.

Sur le chemin de halage dans la zone industrielle de Charleroi, les amateurs de surprises et de dépaysement ne seront pas déçus : une balade (à pied ou à vélo) d’un peu moins de 8 km aller-retour les plonge dans le décor de l’ancien bassin sidérurgique où les installations désaffectées côtoient des usines en activité.

Départ depuis la gare du sud. Sans traverser la Sambre, se diriger vers Marchienne en direction de la gare TEC de l’Abeille en dessous du ring : après seulement 200 m, l’aciérie de Thy Marcinelle assure déjà un spectacle grandiose avec son ballet de grappins déchargeant des péniches remplies de mitrailles. Dans un hallucinant entrelacs de passerelles et de convoyeurs, de halls fantômes et de vieilles ferrailles, le site de Carsid apparaît, tandis que des péniches amarrées ou en navigation font écho aux bruits sourds de l’industrie.

Place maintenant à l’art : les couleurs des premières fresques d’Urban Dream percent un paysage dominé par le gris et une végétation teintée par la rouille. Et le métro aérien donne un air surréaliste à la vue. Urban Dream, c’est ce festival organisé entre 2002 et 2004 qui a mobilisé des centaines d’artistes et de graffeurs venus de toute l’Europe. Dont un certain Matthias Schoenaerts et une création géante aux dominantes rouge et blanc intégrant un visage de femme japonaise qui s’offre aux regards sur un immense pan de mur décoré.

La balade se poursuit tranquillement, jusqu’au pont de Marchienne où stationne la péniche-chapelle des bateliers. Pour découvrir leur quartier historique, traversez le pont et descendez de l’autre côté sur le halage. Puis revenez sur vos pas.

Comptez de 1 h 30 à 2 h pour cette visite tout en contraste qui confronte industrie et culture, un mélange dont le Rockerill est le symbole. Infos à la Maison du tourisme : 071/86.14.14.