Charleroi

Le tribunal correctionnel de Charleroi a examiné ce mercredi un dossier de tentative d'assassinat à charge d'une prévenue, absente à l'audience. 


Cette dernière avait poignardé son compagnon qui désirait la quitter et qui l'avait fait admettre en hôpital psychiatrique vu ses idées noires. Le parquet a requis 8 ans de prison ferme. 

Caroline J. (Jista) et son compagnon Raphaël se sont rencontrés grâce à l'application Tinder, en 2015, mais l'importante consommation d'alcool de la prévenue a rapidement convaincu celui-ci de la quitter. Il l'avait toutefois accompagnée chez le médecin, vu les idées suicidaires qu'elle avait émises. Un internement à l'hôpital psychiatrique Van Gogh avait été préconisé, mais la jeune femme s'y est opposée.

Le 9 octobre 2015, elle a de nouveau envoyé des SMS inquiétants, convainquant son ex-compagnon d'appeler le 112 qui a procédé à son transfert vers l'hôpital psychiatrique. "Elle était furieuse contre lui et lui a déclaré qu'il allait souffrir quand il allait crever", explique le substitut Lafosse. "La nuit suivante, elle a quitté l'hôpital en taxi de son plein gré pour se rendre directement chez Raphaël à Montigny-le-Tilleul. Là, elle a saisi un couteau en céramique dans la cuisine et l'a caché dans son sac avant de se rendre dans la chambre de la victime pour la poignarder à l'abdomen. Ce dernier est parvenu à la maîtriser en s'asseyant à califourchon sur elle jusqu'à l'arrivée de la police."

Selon le parquet, la prévenue n'a pas agi sur un coup de tête. Au contraire, elle a mis en place des préparatifs qui justifient la préméditation. L'intention homicide est également avérée vu l'arme utilisée et la localisation du coup, dont la progression dans la chair a été stoppée par les muscles abdominaux. Vu la dangerosité sociale de Caroline J., sa fragilité et son absence à l'audience pour se défendre, le parquet a requis une peine de 8 ans de prison ferme.

Jugement le 20 juin.