Charleroi

5 millions de francs auraient dus aller à la fusion entre l'Olympic et Marchiennes mais ne seraient jamais arrivés jusque là

CHARLEROI Les autorités de la Ville de Charleroi ont été entendues par les enquêteurs concernant des emprunts contractés en 2000 par l'ancienne majorité de la Ville, dans le cadre d'un dossier ouvert par la juge d'instruction carolo France Baeckeland, révèle Le Soir Hainaut mercredi.

L'ancienne majorité a contracté un premier emprunt de 200 millions de francs belges en 2000, en faveur du Sporting de Charleroi. De cette somme, 5 millions de francs auraient dus aller à la fusion entre l'Olympic et Marchiennes mais ne seraient jamais arrivés jusque là.

A la même période, un second emprunt de 10 millions de francs belges a été souscrit par le collège communal de Charleroi auprès de la banque ING, moyennant un remboursement de 8.000 euros par mois. Le Parc des sports a été utilisé comme garantie de l'emprunt. La décision du collège communal qui le prévoit semble entachée d'irrégularités et intéresse la Justice.

La juge d'instruction France Baeckeland souhaite en savoir plus sur la manière dont ont été traités les dossiers d'emprunts garantis au prix d'accommodements variés.

© La Dernière Heure 2010