Charleroi Le parquet a requis 4 et 6 ans de prison contre les deux auteurs identifiés.

Il est 12h22, le 24 mai 2017, lorsqu'une Golf bleue déboule sur la route de Beaumont à Marchienne-au-Pont pour se stationner devant l'agence BePost. Trois des quatre occupants, cagoulés et armés, en descendent et deux s'engouffrent dans le bureau de poste. Le troisième, lui, file vers le magasin Zeeman voisin. Le double braquage est parfaitement préparé !

Sauf que rien ne se passe comme prévu pour les truands. Les postiers, qui se sont réfugiés dans les WC et le jardin, parviennent à actionner l'alarme. Les braqueurs s'enfuient bredouilles et se rendent chez Zeeman pour prévenir leur complice. Ce dernier avait mis en joue plusieurs employés, menaçant de les tuer s'ils n'ouvraient pas le coffre-fort. Mais avant de parvenir à ses fins, il a dû lui aussi prendre la fuite.

Si les deux braqueurs de la poste ont pu rejoindre la Golf, Youness E., lui, s’est carapaté à pied, ce qui a permis à la police locale de l'intercepter en flagrant délit. Confronté aux enquêteurs, il a reconnu le strict minimum. "J'ai été recruté en chemin par la bande qui m'a mis un riot-gun dans les mains et m'a demandé d'attaquer le Zeeman", a-t-il expliqué, en affirmant ne pas connaître ses complices.

Mais un témoin anonyme, qui avait vu le chauffeur enfiler sa cagoule, a pu dénoncer Rayane B.. "Moi, je jouais à la Playstation toute la journée", a-t-il déclaré...jusqu'à ce que son ADN soit décelé sur des gants retrouvés près de la Golf incendiée. Les deux derniers malfrats, en revanche, n'ont jamais pu être identifiés.

Ce mercredi, devant le tribunal correctionnel de Charleroi, Me Sokolski a rappelé le traumatisme des trois postières victimes de cette tentative de braquage. "L'une d'elles a vu la mort en face lorsqu'on l'a mise en joue. Elle est constamment angoissée, fait des cauchemars et se sent mal à l'aise lorsqu'elle est confrontée, au guichet, à un client un peu énervé."

Du côté du parquet, le substitut Verbrigghe a requis 4 ans de prison contre Rayane B. et 6 ans contre Youness E., déjà condamné à 4 ans avec sursis pour des méfaits commis avec la bande des TEC. Il venait d'ailleurs de sortir de prison lorsqu'il a commis ce braquage. Me Brocca, lui, estime que l'ancienne peine doit absorber la nouvelle, puisque tout a été perpétré à une époque où Youness, jeté à la rue par ses parents, a sombré dans la délinquance. Me Samanci, elle, a sollicité la suspension probatoire pour Rayane qui a entamé une formation depuis les faits. Jugement le 26 septembre.