Charleroi

El bwèsse à téyate propose au Marignan sa propre version wallonne de l'armistice de la grande guerre tout en rires et en chansons.


Ce week-end marque le centenaire de l’armistice de la première guerre mondiale. À ce titre, El bwèsse à téyate propose une comédie musicale au Marignan ce samedi 10 et dimanche 11 novembre.

Cette création originale a été spécialement conçue pour l’anniversaire et déjà interprété en septembre dernier.

Même si le thème est lourd de souvenirs et de souffrance pour beaucoup, le metteur en scène Victor Gravy propose une comédie en wallon de Charleroi.

La pièce retrace les aventures de quelques soldats au front. Les généraux et les soldats cohabitent avec les curés et les syndicalistes.

La genèse de la comédie musicale vient d’une commande du Bourgmestre Paul Magnette : “il a demandé d’écrire une pièce pour le centenaire de l’armistice. Le projet était sympa et nous avions aussi le soutien de l’Eden et du Marignan”, explique Victor Gravy.

Avec pratiquement 70 comédiens sur les planches, le metteur en scène rassemble les amateurs et les professionnels : “nous jouons avec des comédiens bien connus dont Jacky Druaux mais aussi avec des personnes ayant moins l’habitude. Nous comptons des personnalités de Charleroi comme Mohamed Fekrioui et Babette Jandrain. Cette dernière est une habituée du théâtre en wallon. Elle a quelque chose de particulier. Même s’il y a 1.000 personnes sur scène elle a une aura qui la fait sortir du lot.”

Quant au pourquoi de la pièce en wallon de Charleroi, Victor Gravy explique fièrement : “le wallon de Charleroi est un des plus compréhensible de tous, il a des influences du français et pas de l’allemand ou de l’anglais. Le wallon a aussi cette spécificité de s’apprendre sur le tas. Cette langue permet également de dire des choses profondes avec plus de légèreté. Du plus petit au plus grand, le wallon à la capacité de rassembler.”