Charleroi Le public s’est rassemblé autour de la scène pour assister à l’open mic.

L’après-midi du samedi était consacrée à la culture urbaine sur la place Verte. Tous les acteurs de ce milieu ont installé leurs infrastructures. L’Atelier M, l’atelier Mix, Charlykingston, C jeunes, Free Run it, For’J, Goslam City, l’Éveil, Philippe Scofield, Roll and Ride, Temps Danses Urbaines, West Station Skatepark et Tarmac ont fait découvrir au public leurs pratiques urbaines.

Les carolos avaient l’occasion de voir une démonstration des activités de chacun mais également de les essayer. Un mini-skatepark a donc été installé, une scène sous forme d’échiquier pour les démonstrations de danse, de slam, etc. Il y avait aussi un Dj et des animateurs pour attirer le carolos. BMX, roller, graffiti, danse, DJing, rap, street workout, parkour, open mic, salm, etc., toutes les activités urbaines organisées à Charleroi étaient présentes. Les jeunes ont pu apprendre à faire du skate sur une rampe, des tagueurs ont peint sur une voiture, des démonstrations de parkour ont eu lieu. La place Verte fut animée toute la journée et l’ambiance était bel et bien au rendez-vous.

La dernière activité présentée sur la place Verte était de l’open mic. Les animateurs de l’ASBL Charlykingston ont animé deux séances d’un quart d’heure. Un Dj de Tarmac était présent pour mettre le son. Les MCs présents sont venus s’exprimer sur de la musique en improvisation ou avec un texte. "Ce sont des maîtres de cérémonie. Le slam, c’est accessoirement sur de la musique, tout est concentré sur l’expression orale. Le hip-hop, le travail du Dj est tout aussi important que le travail du rappeur, explique Isaac de l’ASBL Charlykingston.

Des talents ont été découverts grâce à cette journée. On a également pu assister à la rencontre avec de jeunes carolos qui ont souhaité décrocher le micro quelques minutes. Une grande réussite pour cet open mic. "Cela a eu un super succès, il y a toujours à améliorer mais on est sur la bonne voie. C’est un bilan très positif."

Le but de cette journée est de montrer qu’il y a différents acteurs culturels et qu’ils partagent leur passion dans des cours, dans des lieux ou lors d’événements. La culture urbaine est présente aujourd’hui et reconnue par tous.

Isaac est un artiste également, depuis vingt-cinq ans. Il se passionne pour cette pratique culturelle et urbaine depuis son adolescence. Une culture qui a eu du mal à être acceptée par la société mais qui, depuis quelques années, montre son art au public. "On est fiers de voir que les artistes peuvent vivre de leur art aujourd’hui." La culture urbaine marque les esprits autant que les autres cultures à présent. "Les cultures urbaines sont là, c’est un art vivant qui a évolué, qui s’est inspiré d’énormément de musiques."