Charleroi Le crachin présent durant le match annonçait déjà la couleur de la soirée.


Dès la dernière seconde du match France - Belgique, la place de la Digue à Charleroi, noire de monde depuis le premier match des Belges, s’est vidée à vitesse grand V.

Contrairement aux matches précédents, pas de coups de klaxons dans les rues du Pays noir, si ce n’est des conducteurs contrariés qui signalaient aux fêtards déçus de dégager de la route. On a bien vu flotter un drapeau français quelques secondes, mais ça n’a pas duré. À la place, la déception et le silence se sont emparés des lieux, une chape de plomb sur le moral des supporters carolos tombée en même temps que la nuit, pesante. Seule une voiture, immatriculée en France, mais arborant un grand drapeau aux couleurs de la Belgique, a klaxonné. Longtemps. Comme un glas.

Sans un mot , le Carolo est rentré chez lui. L’un ou l’autre allumé a bien tenté de lancer à grands cris "Français, Français, on t’enc***", mais ça n’a pas pris. Les bars toujours ouverts n’ont pas non plus suffi à garder les badauds sur la place. Dix minutes après la fin du match, la place n’était plus peuplée que par quelques groupes épars, sans que personne ne danse malgré la musique entraînante diffusée par les cafés du coin.

Puis, plusieurs de dizaines de minutes après le coup de sifflet, l’esprit foot a repris ses droits : les supporters les plus fervents ont fait un dernier tour d’honneur, tous drapeaux et klaxons dehors. Le Carolo continuera à faire la fête... même si hier soir, l’envie n’y était clairement pas.