Charleroi Pour lancer un projet, faire un crowdfunding est une pratique utile.

Le crowdfunding, c’est une pratique de plus en plus utilisée lorsqu’on lance son projet. "Le crowdfunding existe depuis toujours. Il y a trois façons de financer un projet : soit par un prêt, soit par un mécène, soit par des actions. Avec les réseaux sociaux qui sont de plus en plus présents, le crowdfunding permet de rapprocher le porteur de projet de la foule" , explique Frédéric Wins, coach en crowdfunding. Le but est de trouver une manière de séduire une foule de personnes qui vont investir dans le projet.

À Charleroi, Frédéric Wins s’est lancé il y a trois ans dans le coaching du crowdfunding. Près de vingt projets ont fait l’expérience de trouver des investisseurs grâce à ce procédé. "On est encore dans l’explication du crowdfunding. Les entrepreneurs choisissent cette solution comme celle de la dernière chance. Alors qu’en réalité ça permet de créer une communauté de base et de faire de l’argent."

Tous les projets ne fonctionnent pas toujours. Le crowdfunding aide également à savoir s’il va fonctionner ou non. Certaines idées sont mauvaises et doivent être revues. Si le crowdfunding ne fonctionne pas, alors le projet ne marchera pas. "Cela permet d’économiser de l’argent en abandonnant son projet et de le revoir." Le crowdfunding, ce n’est pas une solution à tout. "C’est pour une idée originale. Les gens veulent investir dans du concret." Le coaching peut aider à mener le projet dans la bonne direction également.

Des choses sont à éviter pour qu’un crowdfunding fonctionne, nous explique le coach, mais "les gens ne suivent pas toujours les conseils". Alors que faut-il éviter ? Tout d’abord, lancer son projet pendant les vacances scolaires, ensuite ne pas vouloir être sur les réseaux sociaux ou ne pas avoir assez de temps ou d’énergie pour s’investir dans le crowdfunding. "Ceux qui ont réussi le crowdfunding sont toujours là aujourd’hui, c’est une bonne nouvelle."

De nombreux conseils sont également donnés par le coach. Il faut préparer sa campagne comme une compétition sportive, savoir s’entourer, créer un réseau, bien estimer son temps, ne pas fixer d’objectif trop élevé, la moyenne est de 15.000 à 25.000 euros parce qu’une personne donne 50 euros en moyenne. Il faut également être certain que le produit promis sera donné. "Ce n’est pas un échange, c’est une prévente !"

Sur les vingt projets menés par Frédéric, dix-sept ont fonctionné et fonctionnent toujours. À Charleroi, il y a la Brasserie du Pays noir qui a pu investir dans du nouveau matériel et l’aménagement de ses nouveaux locaux. Il y a également le théâtre Marignan qui s’est lancé dans l’aventure du crowdfunding et pour lequel cela a fonctionné. Cette pratique est une réelle aide pour lancer son projet, récolter de l’argent et se créer un public.