Charleroi Le budget ne permettra que de cibler certaines zones de la ville.

On l’avait annoncé en grande pompe dès 2015 : le wi-fi urbain allait révolutionner la vie à Charleroi et transformer la métropole en "Smart City" (ville intelligente) à la fin de l’année 2017. Retard de calendrier mis à part, une seconde mauvaise nouvelle vient de tomber dans ce dossier : le projet ne pourra pas être réalisé partout.

Le budget établi grâce aux 700.000 euros de subsides donnés par la Région wallonne (dans le cadre du plan Digital Cities) "ne permettra malheureusement pas de couvrir toutes les zones étudiées", a expliqué le bourgmestre Paul Magnette (PS) dans le bulletin des questions écrites, en réponse à une interrogation d’Albert Frère (CDH).

L’accès à un Internet sans fil, gratuit et ouvert à tous a pourtant des arguments pour convaincre : un plus pour les touristes, aide à trouver des informations sur les transports en commun et les activités existantes à proximité, boost potentiel pour les commerces… sans oublier l’intérêt pour les futurs étudiants du campus de l’UT.

Près de 490.000 euros seront consacrés aux travaux à proprement parler, qui s’étaleront dès lors principalement dans des zones qui présentent un intérêt par rapport au public cible. "À savoir principalement les jeunes fréquentant des lieux tels que le campus de l’UT, les quais avec, à proximité, la future auberge de jeunesse, le Parc Astrid… Il est également envisagé de fournir le wi-fi dans les salles d’attente des maisons citoyennes", ajoute Magnette.

Pas d’indication, par contre, d’un timing pour les travaux. "Vont-ils commencer en 2018 ?" , se demandait Albert Frère. Réponse : "les clauses techniques ont été rédigées, elles sont en cours d’analyse par les services de la Ville."