Charleroi

Des enfants porteurs d’un handicap dans une école normale, c’est possible.

Les enfants porteurs d’un handicap sont généralement inscrits dans des écoles spécialisées, mais il y a des exceptions. Certains enfants à mobilité réduite, aveugle, ou autres, souhaite s’intégrer dans une école normale. À Charleroi, il y a 16 élèves en intégration, un élève PMR (personne à mobilité réduite) et six élèves porteurs d’un handicap en maternelle. C’est peu vu le nombre d’enfants en scolarité à Charleroi.

Et si un enfant en chaise roulante souhaite s’inscrire dans une école dite normale, que se passe-t-il ? La plupart des écoles nouvellement construites sont équipées d’un ascenseur et de rampes d’accès. Si l’école n’est pas adaptée à un enfant en chaise roulante, alors les infrastructures sont construites. “On adapte en fonction de la demande”, explique Julie Patte, l’échevine de l’enseignement. “Mais les aménagements ne sont pas que matériel. Ils peuvent également être immatériels, organisationnels et pédagogiques.” Chaque cas est spécifique. Suivant la possibilité de réalisation dans l’’école. Il peut être plus facile de réorganiser l’horaire et le placement des classes pour que l’enfant puisse se déplacer qu’au rez-de-chaussée.

Dans l’enseignement fondamental ordinaire, les écoles qui pratiquent l’intégration des élèves inscrits en enseignement spécialisé bénéficient de 4 heures d’encadrement subventionnées par la Fédération Wallonie-Bruxelles. 16 élèves sont en intégration à Charleroi. En ce qui concerne l’Enseignement de Promotion Sociale, une politique d’enseignement inclusif doit être mise en place au sein de l’école. L’enseignement inclusif met en œuvre des dispositifs visant à supprimer ou à réduire les barrières matérielles, pédagogiques, culturelles, sociales et psychologiques rencontrées lors de l’accès aux études par les étudiants en situation de handicap et à l’insertion socioprofessionnelle. Tout est mis en place pour une bonne intégration.