Charleroi Philippe Van Cauwenberghe se verrait bien avec un ou deux espaces de plus.

Mardi dernier se déroulaient les Carolympiades au complexe sportif COS1 à Charleroi. Objectif : faire découvrir aux enfants toute une série de disciplines sportives. En tout, 26 journées sportives ont lieu du mois de mars au mois de mai, ce ne sont pas moins de 4.000 enfants, de la 3e maternelle à la 6e primaire, qui ont pu s’essayer au basket, à l’athlétisme et au hockey.

"Cela fait des années qu’on organise ces journées, cela permet aux jeunes de découvrir de nouveaux sports. L’idée, c’est qu’ils y prennent goût et s’inscrivent dans un club." Pour l’échevin des Sports Philippe Van Cauwenberghe (PS), il est clair que ce genre d’initiatives joue un rôle dans le choix sportif des enfants.

Afin de promouvoir le sport auprès des jeunes, la Ville y va aussi de ses idées. "La Ville de Charleroi met en place des chèques-sports et aussi des cartes C-Gratuit qui permettent aux Carolos de moins de 16 ans d’aller voir des rencontres des clubs élites de la région. Le travail des clubs est important aussi. Ceux-ci doivent organiser des portes ouvertes et toutes sortes d’événements qui attireront les jeunes", pointe Philippe Van Cauwenberghe.

Pour cela , il faut aussi compter sur des complexes sportifs adéquats et des infrastructures en bon état : "Un travail de rénovation est en cours, mais il y a encore pas mal de boulot pour améliorer les conditions dans une vingtaine de complexes." Cependant, l’échevin ne dit pas non à l’un ou l’autre complexe en plus. "Tout est full à partir de 17 heures, il n’y a pas assez de places. Si on peut ajouter un ou deux complexes sportifs, ça ne me fait pas peur. De plus, quand ceux-ci sont rénovés, il y a un grand engouement, ce qui pousse les enfants à venir faire du sport dans les nouveaux complexes."

Quand ? Où ? Ce sont les grandes questions. Mais on observe que, malgré le peu de places restantes, pas mal de gens viennent de l’extérieur pour pratiquer leur sport. "Beaucoup de personnes et de clubs qui ne sont pas de la région viennent dans nos complexes car les prix sont accessibles et que nous sommes une grande ville."