Charleroi

Sadi fait opposition à un jugement l’ayant condamné à un an de prison


Sadi a déjà raté quatre fois l’examen d’obtention du permis de conduire. Une priorité de droite manquée, une manoeuvre ratée : les examinateurs ne l’ont jamais jugé apte à prendre le volant. Mais ça ne l’empêche pas de parader régulièrement aux commandes d’une voiture dans les rues de Charleroi. Evidemment, lorsqu’il croise un combi de police, le jeune homme panique un peu. En 2016, alors qu’il circulait à Fleurus, une patrouille a tenté de le contrôler. « J’ai paniqué. J’avais été verbalisé quelques semaines plus tôt. Alors j’ai pris la fuite, je le reconnais ».

Alors qu’il transportait plusieurs passagers, Sadi a poussé sur le champignon, brûlé quelques feux pour tenter, en définitive, de se dissimuler dans un champ en éteignant ses phares. Le stratagème n’a pas fonctionné et les policiers ont pu lui passer les menottes.

L’affaire a fini devant le tribunal correctionnel de Charleroi pour entrave méchante à la circulation. Mais Sadi ne s’est pas présenté à l’audience, ce qui lui a valu d’être condamné par défaut à un an de prison ferme.

Ce lundi, le jeune prévenu est venu faire opposition à cette sentence. Son conseil, Me Leclercq, a plaidé le sursis probatoire. « Une formation IBSR serait sans doute une juste sanction, mais sans doute faut-il être titulaire d’un permis de conduire pour y accéder », s’est interrogée l’avocate. Du côté du parquet, la substitute Vanhollebeke est également partante pour une telle mesure. « Il a mis sa vie en danger, celle de ses passagers mais également celle de tous les usagers et des policiers qu’il a pu croiser lors de sa course folle. Aujourd’hui, il minimise, mais quand on a déconné comme lui, il faut pouvoir assumer ».

Le jugement sera prononcé le 25 juin. Peut-être serait-il temps que Sadi s’applique pour réussir son permis…