Charleroi Arrivé en politique il y a six ans, Alpaslan Beklevic est aujourd’hui premier échevin de Châtelet.

Les nouvelles fonctions d’Alpaslan comme premier échevin ne sont pas qu’une réussite personnelle mais aussi une fierté. Celui qui sera en charge de pas moins de dix matières regarde dans le rétroviseur pour apprécier le chemin parcouru depuis l’arrivée du grand-père comme ouvrier des mines.

Le communautarisme est une question très importante chez le nouvel échevin. Celui qui a suivi les traces en politique de sa sœur a connu un premier succès dès sa première élection.

Tout de suite nommé échevin avec ses 747 voix de préférence, il s’est mis au travail sans tarder afin de tenir ses engagements et continuer à maintenir l’espoir chez les jeunes de l’entité de Châtelet.

Le père, ouvrier chez Carsid, connaît l’importance de l’intégration par le travail. Sa mère, femme au foyer, a eu fort à faire pour s’occuper de ses cinq enfants.

Au fil des années, les destins professionnels des enfants Beklevic se dessinent pour finalement donner une juriste, deux dentistes, un néphrologue (spécialiste du rein) et "Alpa" enseignant en bachelier droit, marketing et tourisme et également prof en marketing à l’IET Sainte Marie de Charleroi.

S’il a été élu, il le doit à son travail et au soutien de tous les électeurs sans distinction d’origine.

"Certains peuvent dire ce qu’ils veulent mais je n’ai pas bénéficié des seules voix des Turcs de Châtelet. Avec 1 000 Turcs sur l’entité je n’aurais pas été cherché 1 300 voix de préférence. Il y avait six candidats d’origine turque sur les listes et pas seulement au P.S. Mathématiquement, c’est clair que j’ai pu rassembler plus de personnes autour de mon projet politique que la première fois. De plus, avec 6 ans de politique derrière moi, je ne prétends pas tout connaître, loin de là. Les électeurs ont fait confiance à mon bilan et ont pu voir que je m’investissais pour tout le monde sans distinction d’origine. Pour s’épanouir, il faut s’intégrer et le travail est une valeur fondamentale chez beaucoup de personnes. Pour les 50 ans de l’immigration turque, notre famille a reçu le prix de l’exemplarité, c’est dire à quel point mes parents et grands-parents nous ont inculqué de belles valeurs."