Charleroi

La rue commerçante au centre-ville de Châtelet se vide peu à peu, les commerçants s'expliquent. 

 Les commerces s’en vont, certains restent mais ne sont pas satisfaits. Pour eux la ville ne les aide pas, bien au contraire. Les recommandations des commerçants sont simples : une rue non piétonne, des parkings éclairés et sécurisés, aider les boutiques pour s’installer.

Tout d’abord, ils souhaitent laisser l’accès aux voitures : “on a besoin du passage des voitures, pour qu’en passant ils voient qu’il y a tel ou tel commerce. Les gens veulent aussi pouvoir se garer devant, même si ce n’est pas possible. Sans le passage des voitures, la rue est morte”, explique une commerçante. Pour les parkings, ils sont présents mais ils ne sont pas indiqués ni éclairé ni sécurisé. Le soir, ou en hiver, ce n’est pas rassurant. Les gens ne savent pas toujours que des parkings sont disponibles juste à côté de leur commerce.

D’après les commerces, la rue rouge est une mauvaise idée car il n’y a plus de trottoirs pour les piétons, les voitures y passent normalement et les piétons ne savent plus où se mettre.

En faisant le tour des commerces, on constate que beaucoup de boutiques sont fermées, mais il y en a encore quelques-unes qui se battent pour être connues. “On pense que vu que la ville est délabrée, on va y vendre que des choses délabrées, alors que non. Sauf que les personnes avec peu de revenu ne viendront pas acheter ici. Et les personnes avec du revenu vont faire les magasins ailleurs car ils évitent Châtelet”, explique une autre commerçante.

La rue commerçante va mal, et pourtant de jolies boutiques s’y trouvent encore. Plusieurs éléments doivent être améliorés pour permettre aux commerces de retrouver un public châtelettain.