Charleroi

Au départ, les 200.000 plantes tiennent dans une boîte à chaussure

En début de saison, les graines des 200.000 plantes choisies par les responsables tiennent dans une seule petite boite. Elle sont ensuite une par et à la main mises en pot.

Même si le soleil brille et qu’avec la fin des examens, il règne déjà un air de vacances, il n’en n’est rien au service environnement de la ville de Charleroi.

Basé à Ransart à côté de l’ancien bâtiment communal annexe, le service est en plein rush. Les températures élevées et l’absence de pluie mettent à mal les nombreux parterres et plantes suspendues réparties dans les 15 communes de Charleroi.

Une dizaine d’hommes veillent au quotidien à ce que les nombreuses plantes affrontent au mieux la météo changeante de nos latitudes.

Le programme des activités est étroitement lié aux conditions météorologiques. Par ce temps, il est impératif d’arroser abondement les multiples plantes de l’entité. Chaque jour de forte chaleur les hommes partent avec un camion-citerne distribuer les quelque 20.000 litres d’eau.

Roland Vercruysse, un ancien du service environnement explique l’importance du rôle joué dans les serres “Nous avons ici des milliers de plantes à répartir dans la commune. Chacune d’elle est plantée une par une à la main. Non seulement nous nous occupons des fleurs des parterres et des bacs suspendus mais en plus nous gérons l’ensemble des plantes et arbustes préparés spécialement pour garnir les différentes manifestations organisées par la ville ou qui en fait la demande.”

Fier de son service, l’échevin de l’environnement Cyprien Devilers ajoute que “les plantes étant tellement bien soignées et résistantes à des conditions météo extrêmes nous sommes victimes de vol de plantes. Une dame récemment prise sur le fait a reçu une amende de près de 1.000 euros pour son geste incivique.”

Les serres disposent également d’un parcours didactique accessible aux écoles et aux groupes ainsi que de ruches dont le miel est reconnu pour sa qualité.

Chacun des ouvirers a été specialement formé et dispose d'une phytolicence. Une bonne formation prend 3 ans.