Charleroi

L'ancien député wallon du Front national Charles Pire est décédé inopinément mardi à Charleroi à l'âge de 70 ans, a annoncé un autre ancien député wallon du FN, Charles Petitjean

CHARLEROI Docteur en droit, ce courtier d'assurances milita de nombreuses années dans les rangs du PSC de Huy-Waremme puis Villers-le-Bouillet, sans toutefois exercer de mandat politique au nom de ce parti.

Impliqué en 1999 dans l'affaire Interagri de détournement de fonds de la SRIW (Société régionale d'investissement de Wallonie), Charles Pire est condamné à un mois de prison avec sursis.

Il se tourne vers le parti d'extrême-droite après avoir accompagné la naissance du CDF (Chrétiens démocrates francophones) et est élu au Parlement wallon en 2004 dans la circonscription de Liège. Il se fait remarquer en prêtant serment en allemand et élit domicile en Communauté germanophone, une manoeuvre destinée à augmenter la représentativité de son parti par la désignation de son suppléant comme député communautaire francophone, mais qui échoue.

Charles Pire, se revendiquant d'un nationalisme démocratique, se démarque ensuite de la ligne historique du FN, tendance Daniel Féret, à qui il reproche sa comptabilité et réclame le sigle du parti. Il renoue avec le FN français de Jean-Marie Le Pen et est désigné secrétaire politique du "Front national" en 2007, lorsque sont engagées des poursuites à l'encontre de Daniel Féret.

M. Pire quitte le bureau du FN en 2009 avec Charles Petitjean. Le duo se présente aux régionales mais n'est pas élu. Aux législatives de 2010, le FN se réunifie mais n'obtient aucun siège. En avril dernier, Charles Pire, se revendiquant de Marine Le Pen, s'empare de la présidence du FN, rejetant l'ancien député Patrick Cocriamont dans la dissidence, ce que ce dernier conteste.

© La Dernière Heure 2012