Charleroi Les tensions sont palpables entre les anciens et nouveaux élus MR.

On le sait, il y a des tensions au sein du groupe MR de Ham-sur-Heure-Nalinnes. C’est également le cas dans la section locale de Châtelet. Depuis quelque temps, des conflits sont visibles au sein du parti, entre anciens et nouveaux élus. À l’approche des élections communales d’octobre 2018, ces problèmes refont surface.

Ce lundi soir, après le conseil communal de Châtelet, une altercation a eu lieu entre Claire Dineur, la chef du groupe MR au conseil communal et Michaël Simons, le chef de file de la liste électorale 2018. Claire Dineur a interpelé Michaël Simons : "Vous n’avez rien à nous dire, ce n’est pas vous le président, c’est nous qui sommes élus." Michaël Simons a alors répondu que si elle n’était pas contente, elle pouvait sortir du groupe MR pour se mettre indépendante. "J’assumerai mon mandat jusqu’à la fin, vous n’avez rien à me dire tant que vous n’avez pas prêté serment", a-t-elle rétorqué.

Si cette altercation est plutôt surprenante, Claire Dineur dit avoir ses raisons. "Il y a des... frottements, entre nouveaux venus et anciens élus. J’ai appris que Michaël Simons n’avait pas été d’accord avec une décision que l’on a prise au conseil communal précédent. Et il l’a fait savoir de façon incorrecte. Il n’est pas encore élu, ça ne le regarde donc pas. Il a toujours cassé du sucre sur nous, en disant que l’on ne faisait pas notre boulot. C‘est déjà pour cela que Sabine Anciau est partie, je ne veux pas que ça recommence. En commission, Jessica Giacomello et moi décidons ce que l’on va voter. C’est ainsi que ça se passe. Je ferai mon mandat jusqu’à la fin pour éviter qu’il puisse prendre ma place. Il n’a rien à dire. Il fallait que je fasse cette mise au point à la sortie du conseil."

Du côté de Michaël Simons, la version est différente : "Elle n’assiste à aucune réunion, elle parle au nom du MR, alors que c’est son avis à elle. Dans le nouveau groupe, tout se passe bien. On va repartir de zéro. J’ai juste demandé qu’elles ne votent pas au nom du groupe MR, je n’ai pas compris sa réaction. Nous avons une réunion dans la semaine avec Denis Ducarme pour discuter de ces conflits."

Les tensions entre anciens et nouveaux MR s’apaiseront peut-être ou peut-être pas avec la venue de Denis Ducarme, président des réformateurs en Hainaut.