Charleroi

La police fédérale lance un avis de recherche concernant deux viols commis dans la région de Charleroi, par le même auteur, déjà pincé. A la demande du parquet, la police recherche maintenant d'autres victimes.


Un premier viol, qui s'est déroulé le 26 août 2015, a eu lieu sur une jeune fille de 13 ans. En fugue, elle errait à la gare du Sud, rue de la Villette, quand le prédateur a repéré, l'a convaincue de monter dans son véhicule, pour l'emmener à dans un appartement de Leernes (Fontaine-l'Evêque) avant de la violer à plusieurs durant plus d'une heure. D'après la jeune fille, au moins un autre homme aurait participé à la scène. L'affaire n'a jamais été élucidée.

Mais deux ans plus tard, le 26 juin 2017, un fait similaire s'est produit dans le centre de Charleroi. Une jeune fille de 16 ans qui passait la soirée dans un café boulevard Bertrand s'est soudain sentie mal. Abus d'alcool, ou drogue dans son verre? Quoi qu'il en soit, en sortant pour prendre l'air, un automobiliste s'est arrêté à sa hauteur et l'a convaincue de monter dans sa Seat Ibiza. Elle a été emmenée dans un appartement de Leernes, où elle a été violée par quatre individus.

"Selon les dires de la victime, ils ont agi à visage découvert, mais elle n’était plus en possession de tous ses moyens", expliquait alors le procureur du roi de division, Vincent Fiasse. "Vu le modus operandi, les enquêteurs ont fait le lien entre les deux dossiers. Ils avaient plusieurs suspects et l’ADN prélevé dans les deux cas a matché sur un seul et même individu qui a été placé sous mandat d’arrêt fin août. Il s’agit d’un homme de 49 ans, chauve et parlant le turc."

Le suspect, appréhendé par les forces de l'ordre, n'a pas nié les rapports sexuels avec les deux jeunes filles, mais affirme qu'elles étaient consentantes et qu'il ne connaissait pas leur âge. Et qu'il n'avait aucun complice.

Suite à ces explications peu crédibles, les enquêteurs se sont mis à rechercher activement d'autres victimes. Il est aussi demandé aux personnes qui auraient des informations sur ces faits de se manifester.

Vous pouvez témoigner via le numéro de téléphone gratuit 0800/30 300, un opérateur répondra à votre appel 24h/24.