Charleroi Le jeune joueur a été très vite repéré pour son talent, son humilité et sa force de travail


L’histoire du jeune prodige pourrait être un conte de fée mais il n’en est rien, c’est juste l’histoire d’un jeune orphelin parti de Guinée Conakry pour vivre un peu mieux en Belgique.

Parti seul avec sa sœur, il traverse le Mali, le Niger et la Libye pour rejoindre l’Europe par l’Italie. Dans la traversée, sa sœur est emportée par les flots. Doubaye se retrouve seul pour parcourir le chemin jusqu’en Belgique. Arrivé à Bruxelles, il ne connaît personne et dort à la belle étoile pour faire la file devant les bureaux de l’Immigration. Encore mineur, il est placé au centre de Steenokkerzeel pendant un an. À sa majorité, il est encore déplacé et se retrouve au centre Fédasil de Charleroi. Doubaye participe simplement aux activités du centre et prend plaisir à participer aux tournois de foot. Très vite, un encadrant, M. Ata, se rend compte de l’énorme potentiel du jeune. Déjà apprécié de tous, le voilà propulsé au rang de vedette du ballon rond… du centre. Déjà au pays, il est passionné de foot et voue une grande passion à son idole : Eden Hazard, qu’il suit depuis sa période lilloise. "J’allais voir les matches retransmis via satellite, même s’il fallait que je paye. J’ai toujours voulu jouer comme lui !", confie-t-il.

Même s’il est fort timide, il persiste à donner le meilleur de lui. Comme il dit : "Rien n’est facile, il faut toujours s’accrocher !" Au fil des tournois, des repéreurs posent les yeux sur lui et son talent éclate au grand jour. Quelques clubs locaux s’intéressent à lui, mais c’est le Sporting de Charleroi qui arrivera à le mettre en confiance, à lui donner sa chance en participant à quelques entraînements de haut niveau.

Encore loin du monde professionnel, Doubaye s’entraîne tous les jours au centre de Charleroi, sous les encouragements de ses amis.

Il fait l’unanimité autour de lui. S’il poursuit avec une telle force d’esprit, il ne pourra que s’en sortir et peut-être vivre son rêve de footballeur pro. En attendant, lui et les autres candidats réfugiés ont fêté toute la soirée la victoire de la Belgique 3-0 contre l’Égypte. Le temps d’un match, il n’y avait plus de problèmes, plus de différences, plus d’apatrides. Il n’y avait que des supporters belges, parmi lesquels un Doubaye Dioubaté heureux de voir son idole marquer.