Charleroi Un immeuble de la Sambrienne est privé d’ascenseur depuis quatre mois.


"Une société publique de logements qui abandonne certains de ses locataires, un bourgmestre qui ne se soucie pas suffisamment de la sécurité de ses concitoyens"
: c’est la caricature peu flatteuse qu’a brossée de la Sambrienne et de Paul Magnette la conseillère PTB Sofie Merckx au conseil communal de rentrée.

Au cœur de ce débat qui a tourné à l’aigre (voir page 21) : un chantier de remplacement d’ascenseur bloqué depuis des mois à l’immeuble Terre al danse à Charleroi Nord, où vivent 24 locataires.

Pour le président de la société Hicham Imane (PS), les propos de la conseillère ptbiste sont scandaleux et choquants. Et il s’agit de mensonges à visée bassement électoraliste. Une analyse que partage le premier citoyen de Charleroi Paul Magnette. Hicham Imane est formel : "Il y a presque chaque jour des réunions de chantier sur site, auxquelles sont associés des agents de la Sambrienne." Il l’admet : "Les choses ne sont pas simples, le démontage de la cage de l’ancien ascenseur a mis au jour différents problèmes qu’il faut régler. En tout état de cause, nous investissons massivement dans la rénovation de notre parc immobilier et de nos ascenseurs. Sur les 180 qui desservent nos bâtiments, 42 font l’objet d’un renouvellement complet, les 138 autres ont été mis en conformité." Coût de l’opération : 9 millions d’euros dont 3 pour les renouvellements. Le programme est en cours depuis 3 ans, il arrive à son terme.

Selon le président, jamais dans l’histoire du logement public carolo autant de moyens n’ont été consacrés à l’amélioration de l’état du patrimoine et à son entretien. "Depuis sa création en 2013, la société a investi 87 millions dans la rénovation de ses biens, dont 19,5 rien que pour les inoccupés. Et le plan de construction de la période s’élève à 23,3 millions."

Si dans les deux semaines, la firme désignée pour le marché public de l’immeuble Terre al danse ne confirme pas la remise en service rapide de l’ascenseur, Hicham Imane s’engage à reloger sans frais tous les locataires qui en feront la demande.

Quant à la période d’indisponibilité de l’ascenseur, elle donnera lieu à un remboursement de charges de près de 400 euros par ménage, alors que le loyer moyen s’établit à 240 euros.