Charleroi Les investisseurs se retirent, ce sera officialisé au prochain conseil.

Le bourgmestre d’Erquelinnes, David Lavaux (IC), nous a confié que le projet de nouvelle cité à Grand-Reng était à l’arrêt complet. "Nous avons reçu il y a trois jours la confirmation par les investisseurs qu’ils se retiraient. Il ne se fera donc rien à Grand-Reng. Au conseil du 16 mai prochain, on prendra acte de la réponse finale du propriétaire, et on fera voter la fin du rapport urbanistique et environnemental (RUE)."

Pour rappel, le projet immobilier, présenté à la population en novembre dernier, concernait la rénovation de plus de onze hectares de terrain à Grand-Reng, et la création de 140 nouveaux logements.

Mais les riverains s’étaient levés en masse pour s’opposer au projet. 400 d’entre eux étaient venus dire non au collège communal dans une réunion d’information. "On a aussi reçu une pétition avec un millier de signatures", ajoute le bourgmestre. "C’est un peu dommage, parce qu’il y a eu beaucoup de désinformation autour de ce projet, qui aurait permis de ramener des nouveaux habitants, et donc des rentrées d’impôts." Les promoteurs immobiliers, eux, ne s’étaient pas présentés pour défendre leur projet : résultat, il y a cinq mois, en sortant de la réunion qui avait pris des allures de pugilat, le bourgmestre avait déclaré qu’il "en avait bien pris pour son grade".

Les Grand-Rentois étaient soutenus par l’échevin Vincent Christiaens (IC), ce qui a mené à des "tensions" entre l’échevin et son bourgmestre, tensions qui sont désormais calmées, en attendant le conseil du 16 mai.


Correction 21h15: nos excuses aux lecteurs pour une information imprécise: nous écrivions "les deux hommes ne se côtoient plus", ce qui est visiblement une mauvaise information. Le bourgmestre et son échevin ont connu des tensions, mais sont en communication permanente.