Charleroi

Après 10 ans de travaux, le développement durable et l’économie circulaire en point de mire.


C’est l’aboutissement d’un long projet d’aménagement, avec des complications techniques liées à la présence de la voie d’eau et du chemin de fer : aux confins des provinces du Hainaut et de Namur, à cheval sur trois communes, l’écopôle est le plus grand parc d’activité de la zone, avant celui de Courcelles. Il offre aux entreprises de larges capacités désormais commercialisables.

Comme l’explique la directrice du développement économique et territorial d’Igretec Nathalie Czerniatynski, "nous y disposons de terrains adaptés à tous les besoins. L’un a la taille d’un petit zoning, quelque 40 hectares, un autre se trouve à proximité d’un poste de transformation du fournisseur d’énergie Elia, pour une installation qui nécessiterait beaucoup d’électricité".

Voici douze ans, pour faire face à la pénurie d’espace sur les zonings, l’intercommunale avait élaboré une stratégie de revalorisation des sites de l’ancien sillon industriel. L’écopôle, qui en est la pièce maîtresse, s’inscrit dans la philosophie du développement durable et de l’économie circulaire : pour acheter une parcelle et y implanter leur activité, les entreprises devront en effet signer une charte d’engagements. "Tout n’y sera pas centré sur l’environnement, poursuit la directrice. On demandera par exemple à nos investisseurs d’encourager l’emploi local, en partenariat avec les communes."

Ouvert sur le réseau fluvial via la Sambre, le site est aussi connecté à la plateforme multimodale de Charleroi-Châtelet. Il est prévu d’y construire rapidement un bâtiment relais : dans ce cadre, Igretec s’est vu octroyer une enveloppe de 2,8 millions. La volonté est d’y combiner des bureaux à des ateliers de superficies allant jusqu’à 500 m2 pour des activités de micro-industrie. Une aire de parking pour le covoiturage a été intégrée au projet, comme des infrastructures sécurisées pour les déplacements doux.

Accessible par le bus, l’écopôle est situé à proximité de deux gares SNCB. Déjà présente sur place, Ecoterres a prévu d’étendre le périmètre de son activité. Des négociations sont en cours avec d’autres entreprises mais aucune n’a encore abouti.

© D.R.

En chiffres

  • 21: Dans sa zone, Igretec gère 21 parcs d’activité économique où opèrent 650 entreprises actives dans des secteurs allant de la logistique jusqu’aux biotechs en passant par l’artisanat.
  • 127: L’écopôle dispose d’une capacité de 127 hectares dans un périmètre de 300 à cheval sur les territoires de Farciennes, Sambreville et Aiseau-Presles.
  • 57,6: L’aménagement de cette nouvelle zone d’activité représente un investissement de 57,6 millions financé par les fonds structurels européens et la Wallonie via sa filiale Sowafinal.
  • 4.000: À terme, l’écopôle devrait permettre la création de 4.000 emplois. Sur l’ensemble des parcs gérés par l’intercommunale de Charleroi Sud Hainaut sont occupés 22.000 travailleurs.

De plus en plus de terrains disponibles

Avec l’ouverture de l’écopôle, Igretec élargit sa réserve foncière : l’intercommunale était arrivée à saturation au début des années 2000 où elle avait vendu sa dernière grande parcelle à Johnson&Jonhson. "Nous disposons à nouveau de terrains à vocation économique sur tout le territoire", observe Nathalie Czerniatynski.

Au nord, les parcs d’activité existants ont été agrandis : de part et d’autre de l’autoroute A54, les zonings Airport 1 et 2 ont été aménagés sur près de 70 hectares. "Nous avons aussi travaillé à la réhabilitation de microsites industriels : dans les mois à venir, la zone Surchiste sera opérationnelle à Fontaine l’Evêque, la zone de Grand Ban Sainte Pauline à Farciennes est en projet." Au sud, à Baileux, ils disposent d’une réserve d’environ 30 hectares. "Pour être en capacité d’accueillir des entreprises, il est important d’étoffer en permanence notre offre de terrains." Les bonnes années, Igretec peut en effet vendre jusqu’à une trentaine d’hectares. "Si nous avons connu un creux entre 2012 et 2015, l’intérêt des investisseurs est de retour depuis deux ans."

En outre, l’écopôle constitue un des maillons essentiels du désenclavement de l’ensemble du fond de vallée en aval de Charleroi. La présence de la Sambre et une géologie favorable ont contribué à la localisation de nombreuses industries lourdes (sidérurgie, charbonnage…). Mais au fil des différentes crises, ces activités ont lentement périclité.