Charleroi

Jason écope de 2 ans avec sursis pour avoir poignardé un marcheur.

La marche de la Sainte-Rolende reste un événement incontournable du folklore gerpinnois. L’ambiance y est chaleureuse chaque année et c’est avec fierté que les quelque 3000 marcheurs portent l’uniforme napoléonien. Mais le 27 mai 2015, un événement a bien failli endeuiller la fin de la procession folklorique. Jason, un Gerpinnois de 24 ans qui avait un peu abusé de la goutte, s’est pris le bec avec sa petite amie, au point de lui briser un verre sur le visage. Furieux, il a regagné son domicile, suivi de près par les parents de la jeune fille qui sont venus l’insulter sous sa fenêtre.

Au lieu de calmer les esprits, la mère de Jason a jeté de l’huile sur le feu en lançant tous les objets qui lui tombaient sous la main (comme un taille-haie…). Passant par là par hasard, Isabelle et Geoffrey, un marcheur, ont évité de peu un projectile et, quelque peu énervés, se sont adressés à Jason en des termes forcément peu élogieux.

En furie, le jeune homme s’est armé d’un cran d’arrêt et d’un couteau à rôti. C’est à ce moment que les versions divergent. Selon la partie civile et le parquet, Jason est sorti de chez lui et s’est précipité sur Geoffrey pour le poignarder dans le dos, alors que ce dernier regagnait son domicile. Il aurait ensuite agrippé la compagne par les cheveux pour lui claquer la tête au sol, lui brisant deux dents au passage.

"J’avais peur car ils étaient plusieurs", a répliqué Jason. "J’ai reçu des coups et je me suis défendu. Je n’avais certainement pas l’intention de le tuer. Et quant à la compagne, je ne fais que répondre au coup de tromblon qu’elle m’a donné." Mais pour le parquet, les témoins confirment bien les déclarations des parties civiles. "Il utilise une arme létale, il frappe dans le dos, à la hauteur d’organes vitaux. Alors oui, en sortant de chez lui, il avait bien l’intention de planter quelqu’un", a lancé le substitut Vervaeren tout en requérant 4 ans de prison.

Me Donatangelo, conseil de Jason, a quant à lui rejeté cette volonté de tuer. "Tout le monde avait bu, y compris les témoins qui sont incapables de dire ce qu’il s’est passé exactement. Il ne s’est pas acharné et la plaie ne fait que 4 centimètres. Il n’a pas frappé pour tuer. Ce qui est certain, c’est que la mère de Jason a envenimé la situation », a déploré l’avocat qui a plaidé le sursis, vu le jeune âge de son client qui ne s’est plus donné à connaître depuis.

Ce lundi, le tribunal a effectivement écarté cette volonté de tuer, disqualifiant la tentative de meurtre en coups et blessures. Jason s’en sort donc avec deux ans de prison avec sursis.

Geoffrey, lui, n’ose plus sortir de chez lui depuis les faits. Quant à Isabelle, elle ne va guère mieux. Pour eux, les festivités de la Sainte-Rolende, c’est désormais fini.