Charleroi

Après 30.000 euros et des centaines d’heures pour les ouvriers du CPAS et de la commune, la Maison des Familles de Gerpinnes est (quasi) prête à Acoz. 


"C’est un lieu d’échanges, de rencontres, vraiment axé sur la famille"
, explique le petit groupe des psychomotriciennes du CPAS local.

Anouk Dubois, Anthonia Chiarappa et Nathalie Galland bossent sur le projet d’arrache-pied depuis des mois. "Mais ça fait bien 10 ans que c’est dans les cartons, le CPAS a fait sa part." Située à deux pas du CPAS, la Maison des Familles a été soutenue depuis le premier jour par Jacques Lambert (cdH), le président du CPAS. Il a décroché un subside de 10.000 euros aurpès de la ministre de la Petite Enfance, Alda Greoli, pour concrétiser la vision des psychomotriciennes.

"La commune a mis à disposition cette ancienne maison, qu’il a fallu entièrement rénover", dit Jacques Lambert. "Ca permettra aussi d’accueillir des gens dans le besoin hors des locaux du CPAS proprement dit, qui sont souvent un "carcan de honte" : tout le monde n’est pas en besoin d’aide financière, ce qui sera offert ici, c’est une aide familiale, interpersonnelle." Connaissance de soi, gérer ses émotions, bien-être familial, la Maison des Familles organisera des ateliers pour enfants, des conférences pour les parents, des rendez-vous familiaux, "le tout dans une ambiance "cocoon", c’est ce qu’on a voulu", ajoute une psychomotricienne en pointant fièrement du doigt les murs colorés et le parquet en bois.

À terme, il devrait aussi y avoir des services extérieurs, comme un conseiller familial ("quelqu’un à qui parler en cas de détresse, ce qui arrive plus souvent qu’on ne le croit, notamment dans les familles monoparentales"), un thérapeute, des médiateurs scolaires (en cas de difficulté d’un enfant avec l’établissement scolaire, ou même des parents avec ledit établissement), etc.

Une grande salle, au rez-de-chaussée, devrait aussi accueillir la fabrique d’église et peut-être d’autres associations.