Charleroi Pour la 380e marche de la Saint-Roch, plus de 1.300 marcheurs étaient au rendez-vous.


La journée de dimanche s’annonçait grandiose pour la Saint-Roch à Ham-sur-Heure et elle a bien tenu ses promesses.

La foule s’était rendue en nombre et les habitants étaient fidèles au poste pour la 380e édition d’une des marches de l’Entre-Sambre-et-Meuse les plus célèbres.

Même si la journée de samedi s’est terminée tristement pour le président Dominique Gagliardini - hospitalisé car il fut victime d’une chute de cheval - chacun était à la fête.

Les habitants se sont rassemblés nombreux aux différents points de rendez-vous comme au Château communal ou à l’offrande. Sur le pas des portes, les différentes générations admiraient le passage des marcheurs en costume dont le sérieux laissait admiratif.

Le village avait vu les choses en grand avec une fête foraine pour les plus jeunes.

À l’occasion du 380e anniversaire de la marche, c’était plus de 1.300 marcheurs qui ont battu le bitume au rythme des tambours et des fifres.

Tous étaient unanimes pour se réjouir d’une météo clémente et idéale pour l’événement. Le soleil brillait pour tout le monde et les différentes terrasses du parcours étaient pleines à craquer.

Les habitants attendaient cette semaine de réjouissances très impatiemment. Les femmes de marcheurs regardaient également avec fierté leur cher et tendre marcher au pas dans les différentes compagnies.

Le vicaire Blaise, qui participait pour la deuxième année consécutive à la marche soulignait le respect de la tradition et le côté religieux de la manifestation. Lui qui officie également sur l’entité de Thuin se retrouva fort embêté au moment de se prononcer sur sa préférence entre Saint-Roch de Thuin et Ham-sur-Heure.

Outre des locaux à la marche, de nombreux vacanciers du Nord du pays avaient décidé de venir découvrir cette ambiance si particulière et si amicale.

Même si la Saint-Roch se termine officiellement mercredi, cette édition est déjà une réussite.