Charleroi

Hicham Imane, candidat PS à Charleroi, veut démonter les clichés à l’encontre des étrangers

CHARLEROI Il n’y a pas de doute : avec une gouaille pareille et une telle dose d’autodérision, Hicham Imane est bien un Carolo de souche. Ce jeune candidat PS, 15e sur la liste communale à Charleroi, lance ce samedi un pavé dans la mare électorale. Son invention ? Un site Internet baptisé www.nepasvoterpourunarabe.be !

Quoi de plus étonnant pour ce que l’on appelle un candidat d’ouverture ? “Vous savez, je suis né à Casablanca, mais c’était pendant les vacances” , sourit Hicham Imane. “Moi, je suis Couilletois depuis toujours. J’ai grandi dans ses quartiers, je suis allé à l’école là-bas. J’ai un travail, une femme et des enfants. Aujourd’hui, je suis sur les listes communales, mais pas pour représenter une communauté et capter les voix des musulmans. Personnellement, je suis d’ailleurs non pratiquant. Ce qui m’intéresse, c’est porter des projets pour l’ensemble des citoyens.”

De cette fracture culturelle, qui se limite souvent à quelques clichés, le jeune socialiste a aussi souffert. “Durant ma campagne, je fais du porte-à-porte” , poursuit Hicham Imane. “Souvent, je suis bien accueilli. Mais parfois, on s’arrête à ma couleur de peau et on me referme la porte au nez en me disant de rentrer dans mon pays. Mais ma ville, c’est Charleroi, c’est Couillet ! Alors j’ai eu l’idée de lancer ce site, en jouant sur l’ironie, pour démonter un à un tous les préjugés.”

Et le moins que l’on puisse écrire, c’est que le jeune socialiste n’y va pas par quatre chemins. Dans les rubriques proposées, on peut notamment lire : “Ils participent à des camps d’entraînement.”

Et en cliquant, on observe Hicham Imane s’épuisant au jogging de Couillet. De même, en pointant l’onglet “Ils ont de drôles de coutumes”, on atterrit sur une page présentant l’intéressé en… marcheur de la Sainte-Rolende. “Je participe au folklore de ma région. J’ai finalement passé plus de temps dans les églises qu’à la mosquée” , enchaîne-t-il. “Plus sérieusement, via ce site, je cherche à faire passer un message, à susciter le débat. Oui, on peut être d’origine étrangère et militer pour tous les citoyens d’une commune.”

Le site fera-t-il le buzz ? Il est en tout cas interpellant.



© La Dernière Heure 2012