Charleroi En 2015, la ville s’acquittera d’une première tranche de 15 millions d’euros.

140 millions. C’est la somme que les Carolos paieront au cours des 25 prochaines années pour leur nouvel hôtel de police, appelé à accueillir 900 policiers.

Ce projet a donné lieu à l’attribution d’un marché de design-build-financement et de maintenance en novembre 2010, deux ans après l’octroi d’un subside régional de 14 millions. Lancés en septembre 2012, les travaux de construction et de rénovation se terminent.

Couplés au relifting des écuries de Charleroi Danse sur le site de l’ancien quartier Defeld (QG de la gendarmerie), ils s’achèveront au cours du dernier trimestre de l’année, selon le bourgmestre Paul Magnette (PS) interrogé au conseil communal par la conseillère d’opposition Sofie Merckx (PTB).

Si la valeur des constructions et rénovations a été estimée à 70 millions d’euros TVAC, l’opération représente un investissement deux fois supérieur sur la totalité de la période du contrat, avec les charges d’emprunt (21 millions), les frais de conception (7,2 millions) et les dépenses d’entretien (33 millions). Total : près de 700 € par habitant, une contribution importante à laquelle il faut ajouter les coûts de fonctionnement de la zone de police (pour le personnel et les équipements).

En 2015, la ville s’acquittera d’une première tranche de 15 millions, suivie par 25 annuités de 3,4 millions couvrant les prestations d’entretien. Celles-ci visent à préserver le bon état du bâtiment et sa parfaite fonctionnalité jusqu’en 2040.

La pièce maîtresse du projet (qui en fait l’originalité), c’est la tour elliptique d’une hauteur de 75 mètres, dont la conception répond à des exigences de compacité, flexibilité et confort énergétique avec un coefficient d’isolation très bas : selon les estimations, les dépenses de consommation seront trois fois moindres que la facture actuelle, soit 30.000 € par an contre 96.000 mais pour une surface deux fois et demi supérieure : 25.000 mètres carrés dont 850 consacrés à l’accueil et 17.500 de bureaux. Sur toute la durée de l’opération, l’économie sur les dépenses d’énergie approchera les 2 millions.