Charleroi Deux ans de prison avec sursis pour le beau-père violent

Le petit Daryckson n’est pas né avec les mêmes chances que d’autres enfants. Il fait en effet partie d’une fratrie de sept enfants, issus d’une mère volage et de cinq pères différents. Et dans cet environnement délétère, il n’est clairement pas au centre de l’attention que mérite un bébé de 16 mois.

C’est alors que le pire s’est produit : le 11 janvier dernier, Cindy et Gaëtan, le beau-père du bambin, se sont rendus à un anniversaire. Et tandis qu’ils ingurgitaient de grandes quantités d’alcool, Daryckson était livré à lui-même. Fatigué, l’enfant s’est évidemment montré difficile au moment où Gaëtan l’a mis au lit. Et lorsque sa mère est venue le réveiller le lendemain matin, le bébé avait le visage bleu et horriblement gonflé. "Je n’osais même pas le regarder", a-t-elle reconnu.

Alors qu’une hospitalisation immédiate aurait dû être envisagée, le beau-père a préféré se rendre à la pharmacie pour acheter de la pommade. Ce n’est que plusieurs heures plus tard, sur insistance de la mère de Cindy, que le couple s’est enfin présenté aux urgences en livrant une explication bancale : l’enfant se serait cogné à une table basse. Pas vraiment crédible, puisqu’il ne marchait pas encore…

Les médecins ont donc alerté la justice et, interrogé par les enquêteurs, Gaëtan a reconnu que, ce soir-là, excédé par les pleurs, il avait saisi l’enfant par la gorge pour le jeter dans son lit et lui porter des coups de poing au visage. "Ça l’a calmé", a-t-il osé expliquer, alors que le bambin, victime de traumatismes crânien et orbitaire, a probablement été assommé ! À l’audience, le beau-père est quelque peu revenu sur ses déclarations, prétendant qu’il ne se souvenait plus, vu son état d’ivresse.

Ce jeudi, le tribunal a condamné Gaëtan à deux ans de prison avec sursis probatoire. Poursuivie pour non-assistance à personne en danger, la mère s’en sort avec une suspension probatoire du prononcé.

F.D.