Charleroi Le ministre veut capitaliser sur le tourisme d’affaires aux Lacs.


"Il est inutile de rappeler l’importance du tourisme pour l’économie wallonne : 7,9 milliards d’euros de produit annuel, un potentiel de 837.000 emplois… La force de la Wallonie, c’est sa position au milieu du bassin européen, mais aussi sa capacité à se relier à la Chine, comme vient de le faire Charleroi via son aéroport. Et les Lacs de l’Eau d’Heure, c’est un des fleurons du tourisme."
Pour le ministre René Collin (CDH), maintenant que la crise des Lacs est passée et que le conseil d’administration a été remplacé, il n’y a plus qu’une chose à améliorer : réussir à faire venir les hommes d’affaires.

Un centre de séminaire de 600 m2 vient d’être inauguré sur le site des Lacs, à côté des 250 villas qui sont en cours de construction, et d’un hôtel 4 étoiles de la coopérative Bestwestern qui sera prêt en octobre. Si le gouvernement wallon a mis ses deniers publics dans le développement du Golden Lake Village, et a réussi à convaincre le groupe Lamy d’y investir quasiment 75 millions d’euros d’ici les trois prochaines années, c’est bien pour parler au touriste dit "d’affaires". "Un touriste privé dépense 60 euros par jour quand il vient sur le territoire wallon", reprend René Collin. "Or, un touriste d’affaires met en moyenne 100 euros par jour. Il faut absolument profiter de la proximité de BSCA, l’aéroport de Gosselies, pour convaincre le monde des affaires de venir sur le site des Lacs !"

à l’heure actuelle , le tourisme professionnel ne compte que pour 8 % du chiffre d’affaires des Lacs de l’Eau d’Heure, malgré son million de visiteurs chaque année, et les 250.000 nuits qu’ils passent autour des barrages. Ailleurs dans le monde, on est plutôt aux alentours de 14 %. Une fameuse différence à rattraper. "Une des premières mesures, ça a été d’investir dans le digital, 41 % des opérateurs touristiques n’étaient pas présents sur Internet à l’automne dernier."

Puisque les Lacs sont un des "fleurons" du tourisme, des synergies ont été mises en place avec BSCA, la porte d’entrée sur la région. Jean-Jacques Cloquet, qui n’est pas en politique, cumule d’ailleurs : président de l’ASBL des Lacs, et CEO de l’aéroport. Depuis mercredi, l’application mobile de BSCA propose aux gens qui vont atterrir à Gosselies d’aller faire un tour aux Lacs. "Et ce n’est que le début !"

Une estimation chiffrée? Augmenter le nombre de touristes d'affaire pour ramener les proportions à celles de nos pays voisins amènerait près de 500 millions d'euros de recettes supplémentaires.