Charleroi

Un jeune homme condamné par le tribunal correctionnel de Charleroi, le 28 février dernier, à une peine de six ans de prison ferme pour une tentative de meurtre a demandé mercredi à la quatrième chambre correctionnelle de la cour d'appel la requalification des faits en coups et blessures et une condamnation à une peine de travail. 

Le ministère public ne s'est quant à lui pas opposé à un sursis, sur une peine de cinq ans, estimant que l'intention d'homicide était établie. Arrêt le 5 décembre. Les faits remontent au 28 septembre 2015, à Ham-sur-Heure. Un jeune homme avait reçu trois coups de couteau lors d'un "repas spaghetti" chez un autre jeune. Les coups avaient été portés lors d'une dispute par son meilleur ami, R.D. (20 ans à l'époque). La victime parlait de drogues, ce qui avait agacé R.D. La victime lui avait donné une gifle, ce qui a poussé R.D. à répliquer par trois coups de couteau portés au flanc gauche.

Pour l'avocat général, l'intention d'homicide est établie, au vu de la localisation des coups et de la violence exercée par le prévenu, car la lame du couteau s'est brisée. Cependant, l'accusation considère que la peine infligée en première instance est trop sévère. Elle a donc requis en appel une peine de cinq ans, assortie d'un sursis probatoire avec des conditions strictes: suivi d'une formation de gestion de la violence et abstention de toute consommation de drogue.

Le prévenu, qui avait bu et consommé du cannabis ce jour-là, prétend avoir agi sous la colère, sans intention de tuer son ami, lequel a été admis à l'hôpital en raison d'un pneumothorax.