Charleroi Le quartier situé près de l’aéroport entre rénovations et démolitions.

Revitaliser le quartier du Chef Lieu à Jumet, où de nombreuses familles ont été expropriées par la Société wallonne des aéroports (Sowaer) en raison du plan d’exposition au bruit : le projet suit son cours. C’est ce que vient de confirmer le ministre wallon de tutelle, Jean-Luc Crucke (MR), dans une réponse écrite au député MR Philippe Knaepen.

En 2015, la Sowaer avait mené une étude de requalification en vue de rénover des logements pour les mettre à disposition du personnel naviguant des compagnies aériennes. Se posait à l’époque la question de la sauvegarde de l’ancienne maison communale du Chef Lieu, l’un des plus anciens hôtels de ville de Belgique datant de 1825 à la période hollandaise, avant la création du pays. Si la remise en conformité de ce bien a été abandonnée par la ville qui n’a pas les moyens de l’entretenir, l’étude de la Sowaer a elle aussi été mise sous l’éteignoir politique.

En conseil communal , le bourgmestre Paul Magnette en avait détaillé les motifs : "absence de localisation des activités de service et de commerce dans la zone, projets de logements et d’hôtels qualifiés d’incongrus au lendemain de dizaines d’expropriations justifiées par la qualité de vie et une exposition à des seuils élevés de bruit, plan de mobilité lacunaire pour ne pas dire inexistant et enfin vision passéiste des espaces verts" (sic).

L’intercommunale Igretec a repris le dossier, elle a été désignée en qualité d’aménageur public. Selon le ministre, la Sowaer procède à la mise en conformité des immeubles qu’elle a acquis, là où la fonction de logement doit être confortée.

Les bâtiments qui ne sont plus valorisables sont démolis, et les terrains vendus. Dans les zones où l’habitat ne doit pas être maintenu, des opérations de reconversion sont en cours.

Ainsi, un périmètre bâti de plus de 5.000 m², inscrit en zone A des plans d’exposition au bruit à proximité du dépôt TEC de Jumet et de l’entreprise Induscabel à l’angle de la rue Diarbois et de la rue des Fusillés, a été assaini pour permettre le développement d’un projet compatible avec une nouvelle affectation commerciale.

Jean-Luc Crucke annonce qu’un promoteur a mis une option sur le terrain en vue d’y développer un projet d’activité économique.

Dans la même optique, la Sowaer poursuit la démolition des immeubles situés en bout de piste de l’aéroport entre la rue du Carrosse et la chaussée de Bruxelles.