Charleroi Elle a avoué les faits et les années de détournements.


L’avocate d’une quarantaine d’années qui a été inculpée mercredi pour faux et usage de faux et abus de confiance a présenté sa démission au bâtonnier du barreau de Charleroi Pierre-Emmanuel Cornil. Sa démission a été acceptée et actée.

L’intéressée était administratrice de biens pour le juge de paix de Marchienne. Elle était notamment en charge de gérer les comptes de personnes dites "faibles". Elle avait aussi la responsabilité de gérer leurs avoirs et de signer des documents pour ses administrés. L’avocate, qui justifie ses écarts de conduite par des soucis financiers, a été entendue mardi par la police judiciaire de Charleroi et mercredi par la juge d’instruction Sylviane Pichuèque. 

Le cabinet de cette avocate de la région de Charleroi a été perquisitionné mardi matin et son domicile mercredi. Elle est accusée d’abus de confiance et de faux et usage de faux alors qu’elle était administratrice de biens auprès de la justice de paix de Marchienne. Le procureur du Roi de division, Vincent Fiasse précise que cette avocate, dont il n’a pas révélé l’identité, n’a pas été incarcérée mais inculpée et arrêtée. Elle bénéficiait d’une mise en liberté sous conditions parmi lesquelles ne plus exercer en tant qu’avocate. 

À ce stade de l’enquête, Vincent Fiasse ne souhaitait pas communiquer sur l’ampleur de la fraude. Les faits auraient débuté en 2008.